Passer au contenu principal

Vaccination contre le Covid-19Le centre de Palexpo à l’arrêt «par principe de précaution»

Le centre de Palexpo a ouvert il y a deux semaines. Avec 1000 à 2000 piqûres par jour, il n’est pas encore à sa pleine capacité (4000). 12’200 injections ont déjà eu lieu.

Inscriptions dans certaines pharmacies

Pas encore pour les jeunes

Quid des sans-papiers?

15 commentaires
    Essi

    C’est tout de même extraordinaire d’utiliser le « principe de précaution » à cause des incertitudes de livraison du produit alors qu’on ne l’utilise pas du tout pour le produit lui-même! Habituellement, avant la mise sur le marché, un produit passe par trois phases: phase 1 sur des volontaires sains (évaluer la tolérance par l’organisme), phase 2 en petit groupe de patients (évaluer la tolérance et l’efficacité), phase 3 en grand groupe de patients (prouver l’intérêt thérapeutique ET L’INNOCUITE du produit). Ensuite seulement on évalue les résultats et on met le produit sur le marché, ou pas.

    Actuellement, on est en phase 3, sur des personnes saines, et on a prouvé ni l’intérêt ni l’innocuité du produit, plus particulièrement sur le plus long terme.

    Si on peut comprendre à la rigueur l’utilisation d’un tel produit sur des personnes âgées, que penser du fait qu’on fasse tout pour pousser les jeunes et très jeunes, qui n’ont quasi pas de risque, à se faire injecter un tel produit?Surtout en considérant que la plupart de ceux qui poussent à la consommation n’ont pas fait le serment d’Hippocrate, sont des vendeurs de marchandises sans scrupules, et des experts qui n’ont plus de patients depuis bien longtemps.

    Le principe de précaution devrait donc s’appliquer plutôt au niveau du produit, et non du retard de sa livraison.

    Mais la peur semble rendre aveugle.