Passer au contenu principal

ÉconomieLe Canton réunit les «gueules cassées» de la crise

Six secteurs particulièrement touchés ont été sélectionnés pour recevoir les aides du Canton et de la Confédération.

 «Pour l’heure, Berne n’a pas défini de plafond, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas au final un fixé par ordonnance», dit Pierre Maudet.
«Pour l’heure, Berne n’a pas défini de plafond, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas au final un fixé par ordonnance», dit Pierre Maudet.
Keystone

Il n’est pas encourageant, le panorama dressé par les représentants des six secteurs les plus touchés par l’épidémie à Genève. L’un après l’autre, les représentants de l’association des transporteurs routiers, de l’événementiel, des forains, des hôteliers, des agences de voyages livrent leur témoignage avec comme point commun des chiffres d’affaires – soit l’entier des transactions d’une entreprise – qui ne ressemblent plus à rien.

Branches dans le bouillon

«D’ordinaire, souligne en effet Antoine Darbellay, le président de l’association Événements et congrès, environ 1100 événements sont organisés à Genève chaque année. En 2020, on est à 100.» La branche devrait perdre environ 80 à 90% de son chiffre d’affaires, et c’est la même chose pour les forains et les agences de voyages. Pour sa part, l’hôtellerie devrait réaliser la moitié des nuitées d’une année normale. Quant aux transporteurs privés, ils ont acheminé en 2020 5% du nombre de voyageurs par rapport à 2019. Et inutile de parler de l’aviation civile…

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.