Passer au contenu principal

Festival en salle à VeveyLe Bout du Monde se déconfine à l’Oriental

Le bar veveysan propose la 9e édition de sa manifestation. Au menu trois soirées electro, rock et musiques du monde.

Chapelier Fou, musicien au service d’une electro inventive, ouverte à tous les sons, même les plus boisés.
Chapelier Fou, musicien au service d’une electro inventive, ouverte à tous les sons, même les plus boisés.
DR

Rendez-vous très prisé du public de la région de Vevey, le Festival du Bout du Monde rempile pour une 9e édition et fait ainsi partie des pionniers du retour des festivals en salle en temps de réveil culturel après la pétrification covidienne. À noter que le traçage est évidemment de rigueur (prélocations fortement conseillées) et que les identités seront contrôlées. Cette année, l’entier du festival se déroulera au théâtre de l’Oriental et les allers-retours entre le bar du Bout du Monde et la salle de l’Oriental ne seront pas possibles. Autres figures imposées: les masques seront obligatoires lors des déplacements et les boissons seront à consommer assis.

Une fois ces mesures sanitaires précisées, il est possible de passer au chapitre artistique de cette édition un peu spéciale, une offre que certains attendent avec impatience depuis des mois. Une fois de plus, le Bout du Monde se distingue par son originalité et son sens de la fête, même si les circonstances s’avèrent malheureusement un peu inhibantes. Trois volets sont prévus du jeudi au samedi: electro, rock et musiques du monde. Jeudi, pour faire tourner les têtes, l’électronicien Chapelier Fou n’a pas son pareil. En musicien échappant aux assignations habituelles du DJ, le Français déploie une inventivité organique préoccupée de tous les sons, même les plus acoustiques. Un artiste à ne pas rater, d’autant que la soirée présente aussi Oreph Neumann tout aussi éclectique dans ses choix et mixages.

Un rock en palette

Le vendredi s’adonne sans vergogne à l’antique binarité rock’n’roll mais là aussi sans craindre les sauts d’une chapelle à l’autre, des brisures magnifiques de Peter Kernel, duo ragaillardi malgré les récentes turbulences de sa trajectoire, à des Pussywarmers tout à leurs délires country-surf, en passant par la gravité pop sautillante de East Sister ou les expérimentations analogiques d’OK Matthews, sur la ligne de crête des machines à l’ancienne. Un programme copieux aux cartouches de couleurs différentes.

Peter Kernel, duo rock suisse de retour aux affaires après une période de turbulences.
Peter Kernel, duo rock suisse de retour aux affaires après une période de turbulences.
DR

«Vous demandiez le Bout du Monde? Eh bien il est là, à votre porte»

Mais la soirée de samedi, avec sa bannière internationale, n’aura aucune peine à rivaliser en donnant à entendre des éclats des quatre coins du monde, en partant au sud de l’Italie avec Lalala Napoli et ses reformulations de la tarentelle par François Castiello, chanteur et accordéoniste de Bratsch, ou en filant en Afrique, à Dakar, avec Sankoum Cissokho et Mbar Ndiaye, ou dans les régions reculées du Maroc et de l’Algérie avec Les Gnawas Anonymes, sans oublier un crochet en Amérique du Sud avec la salsa de Con Muchacho Gusto.

Bricolage salsa avec Con Muchacho Gusto, l’un des voyages que propose la soirée de samedi consacrée aux musiques du monde.
Bricolage salsa avec Con Muchacho Gusto, l’un des voyages que propose la soirée de samedi consacrée aux musiques du monde.

Vous demandiez le Bout du Monde? Eh bien il est là, à votre porte.

Vevey, Festival du Bout du Monde, Théâtre L’Oriental. Du je 8 au sa 10 octobre (dès 19h). www.leboutdumonde.ch