Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Présidence de Joe BidenL’audience et le lectorat des médias américains chutent

Le New York Times a perdu près de 20 millions de visiteurs uniques sur son site entre janvier et février aux États-Unis.

Presse aussi touchée

Joe Biden «ennuyeux»

Bientôt une plateforme Trump

AFPE

3 commentaires
Trier:
    Gilles Hieron

    Cette semaine vous avez raté:

    1. Biden qui se casse la figure trois fois en montant l'escalier pour prendre l'avion.

    2. Biden qui dit que Kamala Harris est la présidente.

    Si cela avait été Trump vous l'auriez eu en boucle sur tous les médias.

    3. La crise à la frontière avec dix fois plus d'enfants dans les fameuses cellules comme des cages pour lesquelles les médias ont blâmé Trump pendant des semaines il y a deux ans.

    Soudainement, ce n'est plus un problème pour les médias. Devinez pourquoi?

    4. Avec la fusillade de la semaine dernière on a eu droit au laïus sur le racisme anti-asiatique (entendu contre les personnes d'extrême-orient), bien sur, résultat du suprémacisme blanc. Par contre, pas une explication sur les faits contradictoires comme pourquoi ces populations sont celles qui montrent la meilleure réussite économique moyenne, devant les blancs. C'est curieux s'ils sont victimes de racisme non? Et bien sur vous avez raté la statistique qui cogne en matière criminelle contre les asiatiques, les médias l'ont vite enterrée sous le tapis: il s'avère qu'à San Francisco (là où les asiatiques sont nombreux) 85% des agressions physiques qui se produisent sont le fait de noirs contre des asiatiques. Ouais, c'est eux massivement la cible, mais c'est pas le suprémaciste blanc le coupable.

    Etc., etc. etc.

    Les infos chez nous c'est très sélectif, et tout ce qui est contre le narratif de gauche passe à la trappe, tout ce qui lui est conforme est monté en épingle.