Passer au contenu principal

L’archipel du Svalbard fondL’Arctique a connu un été de tous les records

La banquise pourrait disparaître en 2035, alors que les conséquences du réchauffement frappent déjà la population et la faune. Et maintenant?

Comme le montre cette vue aérienne prise par un drone, l’eau creuse des canaux sinueux sur la surface du glacier de Longyearbreen, au Svalbard, pendant la vague de chaleur estivale.
Comme le montre cette vue aérienne prise par un drone, l’eau creuse des canaux sinueux sur la surface du glacier de Longyearbreen, au Svalbard, pendant la vague de chaleur estivale.
Getty Images

Kristina Labunskaite n’en revient toujours pas. «C’était vraiment étrange, de se promener en short, de se baigner et de bronzer en pleine nuit. On ne se croyait pas du tout en Arctique.» La gérante lituanienne du petit hôtel Mary-Ann’s Polarrigg, à Longyearbyen, avait prévu une petite laine en reprenant cet hiver le poste vacant. On l’avait avertie des étés ici à 10 degrés. Au lieu de cela, l’archipel norvégien du Svalbard a battu le 25 juillet son record absolu de chaleur avec près de 22 degrés. «Nos clients nous demandaient si c’était normal. C’était incroyable et très angoissant à la fois.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.