Passer au contenu principal

SuisseLancement d’une étude sur les séquelles du Covid-19

La clinique de pneumologie de l’Hôpital de l’Île à Berne recrute des patients guéris du coronavirus mais présentant des séquelles persistantes, telle qu’une capacité pulmonaire réduite. L’étude a pour but d’élaborer des thérapies adaptées à ce type de cas.

De nombreux patients guéris du Covid-19 se plaignent de problèmes respiratoires persistants, ont indiqué les chercheurs de l’hôpital universitaire bernois.
De nombreux patients guéris du Covid-19 se plaignent de problèmes respiratoires persistants, ont indiqué les chercheurs de l’hôpital universitaire bernois.
KEYSTONE

Une étude sur les séquelles du Covid-19 va être lancée sous la direction de l’Hôpital de l’Île à Berne. De nombreux patients guéris pourraient en effet souffrir d’une capacité pulmonaire réduite à vie.

Le SARS-CoV-2 touche en premier lieu les poumons, mais aussi les vaisseaux sanguins et d’autres organes. On ignore pour l’heure les séquelles possibles à moyen et long terme de même que les thérapies applicables, a indiqué jeudi l’Hôpital de l’Île dans un communiqué.

La clinique de pneumologie de l’hôpital universitaire bernois recrute donc depuis début juin des patients guéris mais présentant des séquelles persistantes afin de documenter ces cas.

Fibrose pulmonaire

Après la guérison d’une pneumonie, les patients peuvent en effet souffrir de fibrose pulmonaire, soit de la formation dans les poumons d’un tissu cicatriciel, avec pour conséquence une capacité respiratoire réduite.

Ces dernières semaines, il s’est avéré que de nombreux patients guéris du Covid-19 se plaignent de problèmes respiratoires persistants. La fibrose est dans ce cas l’hypothèse la plus vraisemblable.

La maladie provoque également des embolies pulmonaires. L’étude «Prospective Observational Cohort Study to Investigate Long-term Pulmonary and Extrapulmonary Effects of COVID-19» entend donc clarifier quels sont les traitements les mieux adaptés pour ces patients.

L'Hôpital universitaire de Zurich et l'Hôpital cantonal de Saint-Gall participent également à ces travaux. D’autres centres sont en cours d’évaluation. Un bilan intermédiaire sera tiré à la fin de l’année.

ATS/NXP