Passer au contenu principal

EspaceLancement de la sonde émiratie vers Mars à nouveau reporté

Le décollage de la sonde «Al-Amal» a été reporté à deux reprises cette semaine en raison d'une météo instable au Japon.

Le décollage de la sonde «Al-Amal» initialement prévu mercredi, devrait avoir lieu lundi dimanche soir vers minuit en Suisse.
Le décollage de la sonde «Al-Amal» initialement prévu mercredi, devrait avoir lieu lundi dimanche soir vers minuit en Suisse.
AFP

La sonde émiratie «Espoir», la première mission arabe vers la planète Mars, sera envoyée dans l'espace le 20 juillet après plusieurs reports en raison du mauvais temps, a annoncé vendredi la société japonaise de lancement.

Riche pays du Golfe, les Emirats arabes unis devraient être le premier pays arabe à envoyer une sonde sur Mars. Le lancement a été reporté à deux reprises cette semaine en raison d'une météo instable au Japon.

Le décollage de la sonde «Al-Amal» (»Hope» en anglais ou «Espoir» en français), initialement prévu mercredi, devrait avoir lieu lundi 6H58, heure locale, (23h58 GMT en Suisse dimanche) depuis le centre spatial de Tanegashima, dans le sud du Japon, a indiqué l'entreprise Mitsubishi Heavy Industries.

L'agence spatiale des Emirats et le Centre spatial Mohammed Bin Rashid de Dubaï, qui chapeautent le projet, ont confirmé vendredi le report du lancement de la sonde au 20 juillet à 1H58, heure des Emirats. «Cette date peut changer en fonction des conditions météorologiques sur l'île de Tanegashima», ont ajouté les deux institutions sur Twitter.

«Espoir» devrait commencer à orbiter autour de Mars d'ici février 2021, marquant le 50e anniversaire de l'unification des sept principautés qui forment les Emirats arabes unis. Une fois sur place, la sonde fera le tour de la planète pendant toute une année martienne de 687 jours terrestres. L'objectif est de fournir une image complète de la dynamique du temps dans l'atmosphère de la planète rouge.

Le programme émirati est l'un de trois projets en cours vers la planète rouge, aux côtés du Tianwen-1 de la Chine et Mars 2020 des Etats-Unis, qui profitent de la période où la Terre et Mars sont les plus proches: à peine 55 millions de kilomètres l'une de l'autre, contre environ 76 millions de km en moyenne.

AFPE