Passer au contenu principal

Occupation du MormontLa ZAD a été évacuée avec des gants mais dans les larmes

La police a investi ce mardi la «zone à défendre» du Mormont, où 150 à 200 activistes étaient retranchés. Soixante-deux personnes ont été interpellées.

Jean-Christophe Bott
L’évacuation s’est déroulée sous le regard attentif d’un groupe d’experts indépendants et de nombreux médias
Jean-Christophe Bott
keystone-sda.ch

C’est calme, trop calme. Aux chants et aux danses de ces dernières semaines a succédé une ambiance de veillée d’armes, dans la nuit de lundi à mardi, sur le site de la «zone à défendre» (ZAD) du Mormont. Les militants, qui sont entre 150 et 200, ont de sérieux indices laissant penser que la police s’apprête à les évacuer au petit matin.

À lire: Revivez l'évacuation de la ZAD

L’heure est à l’élaboration des derniers préparatifs, et à la méditation. Occupé à nourrir tant bien que mal un feu rachitique, le clown-activiste Barbapapa tentera dans quelques heures de faire le trait d’union entre zadistes et forces de l’ordre, pour éviter une escalade de la violence. «Je les aime bien aussi, les policiers, lâche ce militant du climat. Ce n’est pas facile pour eux», dit-il alors qu’une cahute voisine, où des militants préparent des bombes à la cire et au purin, manque soudain de s’enflammer.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.