Passer au contenu principal

Fin de campagne tendueLa visite du ministre burkinabé passe mal chez les initiants

Harouna Kaboré était en Suisse mardi pour torpiller l’initiative sur les «multinationales responsables». Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD) défend l’opération.

Le ministre du Commerce du Burkina Faso, mardi, à Berne, aux côtés de la conseillère nationale Isabelle Chevalley.
Le ministre du Commerce du Burkina Faso, mardi, à Berne, aux côtés de la conseillère nationale Isabelle Chevalley.
Patrick Martin

Les esprits s’échauffent au lendemain de la prise de parole d’un politicien étranger sur les «multinationales responsables». Mardi, à Berne, le ministre du Commerce du Burkina Faso, Harouna Kaboré, s’est présenté devant une poignée de médias suisses, dont celui-ci, pour dire tout le mal qu’il pense de l’initiative, soumise au vote le 29 novembre prochain. À ses côtés, la conseillère nationale Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD) arborait un large sourire: fer de lance romand des opposants, la Vaudoise est à l’origine de cette conférence de presse qui souffle un peu plus sur les braises d’une campagne aussi inhabituelle que tendue.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.