Passer au contenu principal

Ski alpinFoss-Solevaag champion du monde, Yule cinquième

Le Norvégien Sebastian Foss-Solevaag a décroché le titre mondial en slalom. Daniel Yule a dû se contenter du 5e rang à Cortina d’Ampezzo.

Sebastian Foss-Solevaag a régné en maître sur le slalom mondial de Cortina d’Ampezzo.
Sebastian Foss-Solevaag a régné en maître sur le slalom mondial de Cortina d’Ampezzo.
AFP

L’ambitieuse équipe de Suisse de slalom repart de Cortina d’Ampezzo sans médaille. Neuvième de la première manche, Daniel Yule a pris des risques sur le second tracé, mais n’a pas réussi à creuser un écart suffisant à l’arrivée. Le skieur de La Fouly a dû se contenter du cinquième rang final, à 1’’22 du champion du monde Sebastian Foss-Solevaag.

«Il me manque un tout petit peu moins de 80 centièmes pour la médaille, a expliqué le Valaisan. Je ne les avais pas dans la poche, donc à ce niveau-là je n’ai aucun regret. Je rentre à la maison sans médaille, mais avec le sourire.» À Cortina, Yule a signé son meilleur résultat de la saison.

Norvégien de 29 ans, Foss-Solevaag a battu la «star» de son équipe Henrik Kristoffersen (3e à 46 centièmes). Véritable «métronome» en slalom, Foss-Solevaag n’était plus sorti dans la discipline depuis mars 2019, soit 18 courses et 36 manches, avant cette épreuve mondiale.

Un mois après son premier succès en Coupe du monde à Flachau, le Scandinave a décroché son deuxième titre à Cortina d’Ampezzo (après l’or du Team Event). L’Autrichien Adrian Pertl, surprenant leader après le premier tracé, s’est intercalé entre les deux Norvégiens (2e à 21 centièmes).

Pas de miracle pour Zenhäusern

Côté suisse, Daniel Yule a été l’unique cartouche dans l’optique d’une médaille en deuxième manche. Seulement 21e après le premier tracé, Ramon Zenhäusern a en plus fait les frais d’un changement de règlement. En raison de la forte chaleur dans la station des Dolomites, la FIS a décidé de faire s’élancer les slalomeurs dans l’ordre inverse des 15 et non des 30 meilleurs chronos du tracé initial. L’état de la piste n’a pas permis au géant de Bürchen de faire des miracles. Il a terminé 11e à 2’’50.

La désillusion a été encore plus grande pour les deux autres skieurs suisses. Luca Aerni et Loïc Meillard sont sortis sur le premier tracé. «J’étais bien dans le rythme juste avant la faute, mais j’ai pris un petit trou et ça ne pardonne pas en slalom», a expliqué Luca Aerni.

Double médaillé de bronze (combiné et parallèle) lors de ces Mondiaux, Loïc Meillard a peut-être manqué de fraîcheur après un programme très chargé à Cortina d’Ampezzo. «Ça use, c’est clair, n’a pas caché le skieur d’Hérémence. Il n’y a pas de secret: quand on en fait un peu trop, on est fatigué. Sur cinq courses, je repars avec deux médailles et une cinquième place. En super-G et en slalom, j’ai montré que j’étais rapide et que je n’étais pas là pour de la figuration!»