Passer au contenu principal

CoronavirusLa Suisse a échappé à une vague de faillites, selon le KOF

Le nombre de sociétés ayant mis la clé sous la porte a reculé de 21% entre mars et juillet par rapport à l’an dernier, indique l’institut de recherche dans une étude. Les auteurs soulignent toutefois une récession «manifeste» dans tout le pays.

Dans l’artisanat et le bâtiment, les cas de faillites ont connu une contraction de 32% en moyenne, selon l’étude copubliée par le KOF.
Dans l’artisanat et le bâtiment, les cas de faillites ont connu une contraction de 32% en moyenne, selon l’étude copubliée par le KOF.
KEYSTONE

Les mesures prises pour éviter une vague de faillites d’entreprises en Suisse dans le sillage du coronavirus semblent avoir prouvé leur efficacité. Entre mars et juillet, le nombre de sociétés ayant mis la clé sous la porte a reculé d’un cinquième (–21%) par rapport à la même période de 2019, selon une étude du Centre d’études conjoncturelles KOF et du bureau de conseil Bisnode B&D.

Dans l’artisanat et le bâtiment, les cas de faillites ont connu une contraction de 32% en moyenne, selon les indications fournies lundi par les auteurs de l’étude. Ces derniers ne peignent cependant pas un tableau idyllique de la situation économique, soulignant que la récession est «manifeste» dans toutes les régions.

Les disparités cantonales se révèlent importantes. Le nombre de faillites a ainsi reculé de moitié au Tessin mais n’a diminué que de 10% en Suisse centrale, précise le communiqué. Les statistiques montrent par ailleurs une recrudescence des cas en Valais entre juin et juillet, cependant sans «surmortalité significative».

Commerces particulièrement touchés

Du point de vue des secteurs, les commerces de gros et de détail sont particulièrement touchés. L’hôtellerie et le tourisme ont bien résisté, ce qui ne constitue qu’une demi-surprise, à en croire les spécialistes du KOF et de Bisnode. Ces deux secteurs ont souffert des restrictions liées au coronavirus, mais ont fait un usage particulièrement fréquent du programme de crédits Covid.

L’accès facilité au chômage partiel – une des mesures de soutien à l’économie décidées dans le cadre de la pandémie de Covid-19 – aurait notamment permis d’éviter bon nombre de fermetures définitives d’entreprises. Pas question, cependant, de «lever l’alerte», avertissent le KOF et Bisnode, car certaines faillites ont été sans doute ajournées.

Les auteurs de l’étude rappellent par ailleurs que, lors des précédentes crises économiques, la cadence des faillites d’entreprises n’a pas évolué brusquement, mais plutôt progressivement. Ils soulignent également que ces chiffres sont très volatils d’un mois à l’autre.

ATS/NXP