Passer au contenu principal

Les réponses de la psychothérapeuteLa reprise, oui, mais à son rythme

Si certains se réjouissent de retrouver un semblant de vie sociale, pour d’autres le retour à la «normale» peut s’accompagner de beaucoup de stress.

«Même si dans la plupart des cas la reprise d’une vie sociale a des effets positifs, pour certains cela peut être une source d’anxiété», prévient la psychothérapeute.
Nadia Ortiz, psychologue
«Même si dans la plupart des cas la reprise d’une vie sociale a des effets positifs, pour certains cela peut être une source d’anxiété», prévient la psychothérapeute.
Louis Brisset/HUG

Après huit semaines de fermeture, la Suisse sort du confinement depuis lundi. Si le cours des choses reprend peu à peu – on l’entend rien qu’au bruit de la circulation –, beaucoup de gens redoutent un retour à la normale. Selon un sondage de la SSR, 42% de la population suisse jugerait le déconfinement trop rapide. Alors comment s’y préparer psychologiquement? Réponse avec Nadia Ortiz, psychothérapeute au Service de psychiatrie de liaison et d’intervention de crise des HUG.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.