Passer au contenu principal

Portrait de femmeLa reine des nuits new-yorkaises est… bernoise!

Susanne Bartsch, légendaire organisatrice de fêtes excentriques, s’est rabattue sur les soirées «On Top», sur Zoom, en attendant la reprise…

«J’avais horreur des outils informatiques, mais depuis notre première soirée en ligne, en avril 2020, j’ai compris le potentiel en voyant des clubbers du monde entier y participer!» – Susanne Bartsch
«J’avais horreur des outils informatiques, mais depuis notre première soirée en ligne, en avril 2020, j’ai compris le potentiel en voyant des clubbers du monde entier y participer!» – Susanne Bartsch
Getty Images

Cet article a été rédigé par les journalistes de «Femina». Retrouvez plus d’articles sur Femina.ch

C’est qui?

Confinée chez elle, dans le mythologique Chelsea Hotel de Manhattan, privée des soirées qu’elle organise en club à cause de l’innommable virus, en mai 2020 Susanne Bartsch racontait son ennui par téléphone. Du haut de ses semelles compensées, l’icône noctambule faisait pourtant preuve de résilience: «J’ai la chance d’avoir un ami photographe qui vit dans mon immeuble, alors je me prépare comme pour sortir et nous improvisons chaque jour des shootings dans la cage d’escalier!» On l’a compris, l’impératrice de Bartschland, ce monde imaginaire où la fête ne s’arrête jamais, a plus d’un tour dans son sac et il faudra plus qu’un intrus indésirable qui contamine la planète pour la perturber. Sans renier son enfance passée dans les verts pâturages helvétiques, la Bernoise s’est exilée à Londres à 16 ans avant de prendre un aller simple pour New York, en 1981. Depuis, son rêve américain se tisse sur fond de paillettes, de créatures fabuleuses, perpétuant le passé légendaire et underground de NYC.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.