Passer au contenu principal

SécuritéLa police municipale prendra le café avec les habitants

La Ville de Genève organise ce vendredi une première rencontre entre agents et population, dans huit cafés-restaurants.

«Ce sera aussi l’occasion pour les agents d’expliquer la différence entre leurs tâches et celles de la police cantonale, tout en «brisant les craintes et les préjugés» des habitants vis-à-vis des policiers municipaux.»
«Ce sera aussi l’occasion pour les agents d’expliquer la différence entre leurs tâches et celles de la police cantonale, tout en «brisant les craintes et les préjugés» des habitants vis-à-vis des policiers municipaux.»
Laurent Guiraud

Entrer dans un café, s’asseoir en face d’un agent en uniforme et lui parler des préoccupations de son quartier. C’est l’objectif des rencontres organisées par la Ville de Genève, dont la première édition se tiendra ce vendredi, entre 9 h 30 et 11 h. Huit cafés-restaurants accueilleront ces tête-à-tête.

Deux policiers municipaux seront sur place afin d’écouter les habitants. «Le but est de renforcer le lien de proximité avec la population, celui même qui fait la force de la police municipale», explique Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative (PDC) chargée de la Sécurité et des Sports. L’idée est d’encourager la population à exprimer ses craintes et ses doléances auprès des agents, sans avoir forcément à passer la porte du commissariat, une démarche qui peut sembler impressionnante pour certains.

On parlera donc principalement nuisances sonores, littering, déchets sauvages et déprédations, mais aussi stupéfiants. «L’objectif est aussi de détecter certaines problématiques dans les quartiers afin d’y répondre, dans la limite de nos prérogatives», note la commandante de la police municipale, Christine Camp. Ce sera aussi l’occasion pour les agents d’expliquer la différence entre leurs tâches et celles de la police cantonale, tout en «brisant les craintes et les préjugés» des habitants vis-à-vis des policiers municipaux.

«L’objectif est aussi de détecter certaines problématiques dans les quartiers afin d’y répondre, dans la limite de nos prérogatives»

Christine Camp, cheffe de la police municipale en Ville

Les habitants pourront ainsi se rendre au Grand Café, aux Eaux-Vives, à la Boulangerie Billaudel (Champel), au Tea-Room Rive droite (Pâquis), au Quai des Grottes, au café Remor (Plainpalais), à la boulangerie Pougnier (Acacias), au Restaurant Trigal (Charmilles) et au Café de la Tourelle (Petit-Saconnex) et discuter autour d’un thé ou d’un café, offert par la Ville.