Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

La mosquée face aux critiques

Dans son bureau à la mosquée du Petit-Saconnex, Ahmed Beyari accepte pour la première fois de s'exprimer dans nos colonnes sur la crise que traverse depuis plusieurs mois la Fondation culturelle islamique.

Certains fidèles craignent une déviance de la mosquée. Leurs relations avec les représentants de la mosquée du Petit-Saconnex se sont tendues. Comprenez-vous les inquiétudes et les critiques?

Des musulmans demandent votre départ dans une pétition. Avez-vous discuté avec eux?

Le profil des deux imams français de la mosquée, fichés S en France, inquiète. Pas vous?

Selon vous, quelle doctrine dispensent-ils?

Au contraire, ils prônent un islam rigoriste et cela déplaît à beaucoup de fidèles…

Les imams et vous-même saviez en 2015 que deux jeunes allaient partir en Syrie. Pourquoi n'avez-vous rien fait, puisqu'il s'agit d'une question de sécurité?

Pensez-vous en faire assez pour éviter que des jeunes ne se radicalisent?

Mais des caméras ne combattent pas les idées extrémistes…

Pensez-vous qu'il est de votre devoir de lutter, à votre niveau, contre le phénomène de radicalisation?

Concrètement, aujourd'hui, que faites-vous si vous remarquez qu'un fidèle prend un mauvais chemin?

Des mariages sous la table de jeunes fidèles auraient été célébrés ici. Pourquoi avoir laissé faire?

Pourquoi avoir licencié en septembre votre imam algérien?

Pourquoi avoir voulu le remplacer par un imam controversé, Youssef Ibram, avant de revenir sur votre décision?

Avez-vous cédé à des pressions venant des deux imams français en poste?

Quel profil recherchez-vous désormais?

Quels sont vos rapports avec les autorités cantonales?

Pourtant, en octobre dans nos colonnes, Pierre Maudet expliquait souhaiter vous voir passer la vitesse supérieure pour lutter contre la radicalisation.

Si tout va bien, pourquoi vos relations avec les représentants saoudiens à Genève sont mauvaises?

Pensez-vous avoir fait tout juste?

La gestion du conseil de fondation fait l'objet de critiques. Quels changements prévoyez-vous?

Quelle est justement la situation financière de la FCIG?

Pouvez-vous nous montrer les comptes de la fondation?

Une série de problèmes ressort de l'examen de l'Asfip. Lesquels?

Pourquoi n'êtes-vous pas plus transparents?