Passer au contenu principal

Deuxième sondage TamediaLa loi sur l’identité électronique prend l’eau

Le soutien au passeport numérique soumis à votation le 7 mars recule à 40%. Ses partisans tentent d’atténuer les inquiétudes quant au rôle des acteurs privés.

55% des sondés se disent défavorables au projet. Argument principal: ils estiment que l’identité électronique doit rester en mains de l’État.
55% des sondés se disent défavorables au projet. Argument principal: ils estiment que l’identité électronique doit rester en mains de l’État.
Keystone

La loi sur l’identité électronique est mal prise. Selon le deuxième sondage Tamedia, l’objet soumis au peuple le 7 mars ne recueille plus que 40% d’avis positifs, contre 45% en janvier. 55% des votants (14% de «plutôt non» et 41% de «non») s’opposent à la proposition d’instaurer une clé virtuelle certifiée par l’État, 5% restent indécis. La principale critique tient à l’intervention d’acteurs privés.

Pour les partisans du projet, le bateau semble prendre l’eau. La proposition séduit plus les hommes (46% de «oui» ou «plutôt oui») que les femmes (35%), dans les campagnes (41%) que dans les villes (35%). Dans aucune de ces catégories, toutefois, on ne voit émerger une majorité absolue en faveur du texte. Le constat est le même si on analyse le résultat par âge ou par région linguistique.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.