La loi sur les armes gagne toujours plus de terrain

VotationsLe oui se renforce selon le dernier sondage Tamedia. Les opposants ne perdent pas espoir avant le 19 mai.

Quelque 57% des personnes sondées approuvent la révision légale.

Quelque 57% des personnes sondées approuvent la révision légale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La révision de la loi sur les armes convainc un nombre croissant de Suisses. Selon le troisième et dernier sondage Tamedia avant la votation du 19 mai, le texte remporte l’adhésion de 57% des personnes interrogées, soit 2% de plus que lors de la précédente étude, publiée il y a deux semaines. Le non recule de manière égale, à 42%. Dans les deux camps, les avis sont affirmés: seule une faible proportion dit «plutôt oui» (2% sur 57% de oui) ou «plutôt non» (2% sur 42% de non). Et seul 1% des personnes interrogées se disent encore indécises.

Le durcissement de la loi sur les armes découle de la modification de la législation européenne à la suite d’attentats terroristes. Les armes semi-automatiques sont dans son viseur. Pourquoi soutenir cette modification? Un argument massue se détache: 60% des sondés voteront oui car la reprise de la directive de l’UE garantit que la Suisse puisse rester membre de Schengen et de Dublin. Dans le camp du non, 35% des sondés jugent que la Suisse ne devrait pas reprendre automatiquement le droit européen. Pour 28%, la révision ne sert à rien pour combattre la criminalité ou le terrorisme.

Le sondage confirme l’isolement de l’UDC. Les sympathisants démocrates du centre sont les seuls à rejeter – massivement (84%) – la nouvelle loi. Champions du oui, les Vert’libéraux (88%) sont talonnées par le PS et Les Verts. Les femmes soutiennent le texte en plus grand nombre (60% contre 55% chez les hommes). Le taux d’approbation est élevé dans les villes (66%); il gagne du terrain dans les campagnes (51% de oui).

Du côté des opposants, Jean-Luc Addor, conseiller national (UDC/VS) et président ad interim de Pro Tell, estime que ces résultats ne correspondent pas à ses observations «sur le terrain». «De plus en plus de personnes comprennent que les libertés dont ils ont usé avec responsabilité seront touchées.» L’élu ne baissera pas les bras avant «le seul sondage qui compte, le 19 mai». «Nous allons nous efforcer de montrer que derrière la propagande d’État il y a un agenda caché: désarmer petit à petit les privés.»

Membre du comité de soutien, la conseillère nationale Isabelle Chevalley (Vert’libéraux/VD) se réjouit du renforcement du oui. «Les gens comprennent qu’accepter ce texte n’aura pas de conséquence sur nos traditions et que cela renforce notre sécurité. C’est en restant dans l’espace Schengen que celle-ci est assurée.» Quelque 13 150 personnes de toute la Suisse ont répondu au sondage en ligne entre le 2 et le 3 mai.

Créé: 08.05.2019, 06h50

Articles en relation

Il a plus de 1000 armes dans son grenier

Urnes Le Matin Dimanche Arsène Plomb est l'un des plus grands collectionneurs d’armes de Suisse romande. Il nous dit tout le mal qu’il pense de la nouvelle loi sur laquelle les Suisses votent le 19 mai. Plus...

Clash entre un officier et un conseiller national PLR

Loi sur les armes Le ton monte entre Benoît Genecand et le président de la Société des officiers du Valais romand sur l’attitude des cadres de l’armée. Plus...

Karin Keller-Sutter veut baisser le prix du nouveau permis d’armes

Votation 19 mai Surprise! En pleine campagne de vote, la ministre PLR compte rendre la nouvelle loi indolore pour le porte-monnaie des acquéreurs. Plus...

La bataille sur les armes rapproche les sexes

Votations fédérales du 19 mai 2019 Le soutien à la directive s’effrite chez les femmes et augmente chez les hommes. Notre sondage note une avancée du oui. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...