Passer au contenu principal

J-1 de la présidentielle américaineLa Genève internationale est sans illusions

Malmenée par Trump, la Genève internationale n’idéalise pas Biden pour autant. Les États-Unis vont continuer à privilégier leurs intérêts.

Le Palais des Nations unies à Genève.
Le Palais des Nations unies à Genève.
KEYSTONE

Au cours des quatre années passées, les États-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l’homme, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ont bloqué le système d’arbitrage de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Autant dire que du côté de la Genève internationale, personne n’a envie de voir Donald Trump entamer un second mandat.

D’autant qu’il pourrait continuer à détricoter ce que ses pairs ont bâti au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en torpillant les uns après les autres les rouages du système multilatéral. En bloquant, il y a quelques jours, le processus de désignation du prochain directeur général de l’OMC, le Républicain a donné le ton de ce que pourrait être un second mandat.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.