Passer au contenu principal

L’éditorialLa fonction publique doit faire sa part

Une partie des fonctionnaires genevois vont débrayer jeudi, avant de se prononcer sur une possible grève. Ils refusent les sacrifices destinés à réduire le déficit de l’État. Les employés de la fonction publique pourraient voir leur rémunération baisser provisoirement de 1%. Ils participeraient davantage à leur caisse de retraite et perdraient une partie de leurs annuités.

Ces efforts sont-ils intolérables au point de lancer une grève? Aux yeux des employés du privé, des petits entrepreneurs ou des chômeurs, faire grève en pleine débâcle économique, pour s’opposer à une baisse de salaire provisoire de 1%, serait choquant et incompréhensible.

L’économie encaisse de plein fouet la crise du Covid. Des emplois disparaissent. D’autres sont réduits à des pourcentages ne permettant pas de vivre décemment. Des entreprises surnagent grâce aux aides de la Confédération. Celles-ci se tarissant, combien verrons-nous de faillites, de licenciements, de chômeurs, de gens à l’aide sociale?

Globalement, l’effort demandé reste plus que supportable. Les fonctionnaires ne sauraient échapper totalement à l’effort commun, sauf à se croire une classe à part.

Mais la fonction publique n’est pas monolithique. Les employés de l’État, ce sont aussi les infirmières et les soignants que l’on applaudissait ce printemps. Des femmes et des hommes travaillant sans compter, au péril de leur propre santé, pour aider les malades du Covid.

Le gouvernement serait bien inspiré de demander de plus gros sacrifices, par exemple, à ses états-majors souvent pléthoriques et grassement payés, plutôt qu’à son personnel le plus exposé et le moins bien rémunéré. Il ferait ainsi preuve de gratitude, et rendrait les cris d’orfraie des syndicats moins audibles par leur base.

25 commentaires
    Lunesque

    Pourquoi ne parlez- vous pas comme dans d'autres quotidien romand de l'absentéisme dans les entreprises privées?

    Une enquête documentée est certes plus chronophage que des éditoriaux populiste avec des bouc émissaires désignés.

    Dommage la Tribunne mériterait mieux!