Passer au contenu principal

Encre bleueLa feuille de trèfle pousse

LMD

Vous cherchez un porte-bonheur simple et de bon goût? Visez le trèfle. Le trèfle à quatre, bien sûr!

Les autres, ceux qui possèdent naturellement trois folioles et qui remplissent les vertes prairies, ne présentent pas d’intérêt particulier, du moins pour les personnes à la recherche d’un coup de pouce du destin. Le trèfle à quatre porte donc chance, dit-on. Ce n’est pas pour rien que le «Journal de Genève… des gens en rade» en a fait son symbole et son titre.

Si je vous parle aujourd’hui de cette «Feuille de trèfle» de papier, éditée depuis bientôt trente ans par Carrefour-Rue & Coulou, c’est parce que son numéro d’hiver propose une nouvelle formule et se décline désormais en bleu. Vous pensez si ça me cause! Cette parution comprend ainsi de nouvelles plumes bénévoles, et pas des moindres, et elle se fait en collaboration avec les ateliers d’écriture de Carrefour-Rue et de Carouge.
Une sacrée évolution si l’on songe qu’à son origine, le premier journal de rue genevois était un feuillet de 6 pages tiré en noir et blanc, écrit et vendu par les sans-abri.

Aujourd’hui, ce numéro d’hiver compte 28 pages et comprend différentes rubriques, un dossier sur le thème de la différence, une recette de cuisine de saison, des poèmes, photos et dessins qui allument les pages. Rares sont les vendeurs qui écrivent encore dans la «Feuille de trèfle». Mais ce sont toujours des personnes en situation de grande précarité qui achètent le journal un franc pièce et qui reçoivent, en contrepartie de l’acheteur, une somme à bien plaire. C’est souvent là leur seule source de revenu.

D’où l’importance de faire bon accueil aux porteurs de journaux qui se trouvent devant les magasins encore ouverts. En leur achetant la «Feuille de trèfle», nous leur donnons aussi un brin d’espoir. Et ce n’est pas rien, en ces tristes temps.