Passer au contenu principal

La sociologue Agnès De FéoLa femme qui sait mieux que quiconque ce que cache le niqab

La Suisse va voter sur l’interdiction du voile intégral, dix ans après la France. Agnès De Féo l’a vécu, en suivant 200 femmes qui portaient le niqab. Elle raconte.

La sociologue Agnès De Féo a suivi le phénomène des femmes portant la burqa en France à partir de 2008, soit deux ans avant l’interdiction de 2010. Elle en a rencontré plus de 200, gardant contact avec elles au fil des années, parfois jusqu’à aujourd’hui.
La sociologue Agnès De Féo a suivi le phénomène des femmes portant la burqa en France à partir de 2008, soit deux ans avant l’interdiction de 2010. Elle en a rencontré plus de 200, gardant contact avec elles au fil des années, parfois jusqu’à aujourd’hui.
Marc Rozenblum

Comment le niqab est-il arrivé en France?

Il a fait une première apparition timide à partir des années 1970 avec le mouvement de réislamisation Tabligh qui promeut le voile intégral. Le Tabligh attirait des primo-arrivants ouvriers et certaines de leurs femmes portaient le niqab. Mais elles étaient hyperminoritaires et invisibles. À partir des années 2000, le salafisme saoudien a pris le relais, en s’adressant cette fois-ci à la génération des jeunes nés en France n’ayant pas reçu d’éducation religieuse. Celles qui portent le niqab aujourd’hui sont pour la plupart issues de familles qui ont abandonné la pratique de l’islam pour mieux s’intégrer. C’est un choix d’adolescente ou de femme adulte, souvent isolée dans leur famille et contre l’avis de leurs parents.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.