Passer au contenu principal

Plus de logements à NyonLa démolition du mur de la Suettaz se précise

Le projet de nouveau quartier, qui prévoit 130 logements supplémentaires, est mis à l’enquête.

Le projet de la Suettaz accueillera à terme 380 logements, dont 280 seront d’utilité publique.
Le projet de la Suettaz accueillera à terme 380 logements, dont 280 seront d’utilité publique.
DR/Image de synthèse
Logement Social Romand investira largement dans la végétalisation du quartier.
Logement Social Romand investira largement dans la végétalisation du quartier.
DR/Image de synthèse
Une partie des habitants du mur de la Suettaz (au centre) ont déjà quitté leur logement pour permettre les travaux. Des solutions de relogement ont été trouvées pour tous les locataires, qui ont largement soutenu le projet.
Une partie des habitants du mur de la Suettaz (au centre) ont déjà quitté leur logement pour permettre les travaux. Des solutions de relogement ont été trouvées pour tous les locataires, qui ont largement soutenu le projet.
DR
1 / 5

Le projet de quartier de la Suettaz va de l’avant. Attaqué en référendum, il était sorti vainqueur des urnes il y a une année. Il est désormais à l’enquête. Il prévoit la démolition du plus grand immeuble d’habitation en ville de Nyon, ainsi que de son voisin Les Lupins. À la place, quatre bâtiments proposeront 380 logements, contre 248 aujourd’hui. Parmi eux, 280 seront d’utilité publique, dont 70 seront subventionnés.

Avant cela, il faudra commencer à déconstruire les immeubles existants. La première étape, dès l’été prochain, sera de démolir la partie est de la grande barre d’habitation, vide depuis plusieurs mois. Cela permettra de construire les deux premiers locatifs, qui accueilleront des habitants d’ici à deux ou trois ans.

Des arbres et des troncs

Il faudra aussi abattre des arbres pour que le chantier se déploie. Un sujet extrêmement sensible, puisque ces essences avaient cristallisé le débat lors de la campagne du référendum. La mise à l’enquête annonce que 65 disparaîtront. De quoi étonner un lecteur attentif, puisque c’est plus que n’en recensaient des experts indépendants dans un rapport d’août 2019:; ils en avaient dénombré 53.

La différence tient à la manière de compter. Les experts ont additionné les arbres, alors que la mise à l’enquête indique le nombre de troncs. À titre d’exemple, un charme possède cinq troncs, alors que l’érable sycomore voisin en a trois. Cette manière de recenser avait déjà suscité des incompréhensions par le passé.

Au final, le promoteur, la société Logement Social Romand (LSR), rappelle qu’elle replantera 82 arbres, dont 71 en pleine terre. Un ambitieux plan prévoit une végétalisation abondante qui s’insérera jusque dans les cours des immeubles. De quoi changer définitivement le visage d’un quartier qui est aujourd’hui très minéral.

3 commentaires
    Pelot

    Encore un quartier à problèmes pour le futur. Avec les petits voyous des quartiers environnant.