La Comédie voit le théâtre en chantier permanent

Saison 2018-2019Natacha Koutchoumoff et Denis Maillefer révèlent aux Eaux-Vives leur affiche inaugurale.

Leur nouvelle adresse en ligne de mire, les codirecteurs ont présenté à la presse casquée la première étape d’une période de transition.

Leur nouvelle adresse en ligne de mire, les codirecteurs ont présenté à la presse casquée la première étape d’une période de transition. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Flaques boueuses, blocs de béton, échafaudages: drôle d’endroit pour une présentation de saison. Le nouveau binôme vecteur de la Comédie de Genève, Natacha Koutchoumoff et Denis Maillefer (désormais résumés à l’acronyme NKDM), a été bien inspiré en dévoilant sa toute première affiche sur le site symbolique de son adresse à venir. Judicieux, le port du casque de chantier imposé aux journalistes conviés. Éloquente, la mesure prise publiquement d’un palais aux dimensions à la fois écrasantes et libératrices. Opportun également, le contraste transgenre obtenu par le bleu des étais et le rose des tenues (jusqu’aux ongles vernis de Maillefer).

Mardi matin, c’est donc dans cette variante moderne d’une salle hypostyle, à l’avenue de Chamonix, juste derrière la gare en construction du CEVA, que s’est entamée la transition historique qui verra la vieille dame des Philosophes se muer en jeune éphèbe des Eaux-Vives – et entraîner dans sa renaissance tout un quartier de Genève. La conversion se maçonnera sur trois ans, comme l’a rappelé, sans micro ni écran, la comédienne du tandem à la barre: «La saison 2018-2019, qui inaugure notre programmation, sert de trait d’union; la suivante conclura l’exploitation de l’ancienne Comédie et comprendra la phase du déménagement; l’inauguration de la plus grande fabrique de théâtre de Genève marquera l’année 2020-2021, avec un doublement de nos activités». En effet, pourvu que la subvention actuelle soit également multipliée par deux (passant de 6 à 12 millions de francs), ses deux salles (500 et 200 places) hébergeront non plus 120 représentations annuelles, mais 240.

Le palimpseste pour credo

Dramaturgie d’avenir. Pour l’instant, il s’agit d’imprimer un élan. Ce dont s’acquittent les maîtres d’œuvre en faisant rimer l’intime et le collectif dans leur slogan de saison «Écrire notre histoire». Robustement charpentée, leur promesse se fonde sur la réinvention permanente de tout ce qui préexiste. Le chantier pérenne. Ou ce «palimpseste» qu’Arielle Meyer MacLeod, collaboratrice artistique venue rejoindre l’équipe déjà en place, met en exergue dans la préface qu’elle signe d’un programme au graphisme soigneusement revisité.

La réappropriation festive démarrera dès le 11 septembre prochain, en partenariat avec La Bâtie, avec un corpus de six interprétations contemporaines de la «Mademoiselle Julie» d’August Strindberg. En écho à la mise en scène par Matthias Langhoff qui fit date entre les mêmes murs à la fin des années 80, commande a été passée à une poignée d’idoles étrangères amenées à diriger des comédiens locaux: le Portugais Tiago Rodrigues, l’Iranien Amir Reza Koohestani, les Belges tg STAN, leur compatriote Luk Perceval, le Français Pascal Rambert et la Brésilienne Christiane Jatahy. Composé de cinq spectacles et un film, ce kaléidoscope sur le thème du désir se déploiera dans plusieurs recoins du vieux bâtiment sous le titre global de «Julie’s Party». Franchement, on en salive déjà.

On note plusieurs autres items multicouches dans l’opulent programme. Comme ce minifestival accueilli au printemps, qui remettra les inénarrables tg STAN en selle avec trois relectures: de l’autobiographie d’Ingmar Bergman, d’«Anna Karénine», et du geste sans parole. Ou comme ce projet monologué du passeur Serge Martin, qui fusionnera en novembre trois variations autour du «Roi Lear» – la version originale de Shakespeare, celle que Thomas Bernhard rebaptisa «Minetti», et celle de l’Espagnol Rodrigo Garcia. Ou encore ce diptyque confié à Oscar Gomez Mata suite à son adaptation du «Direktør» signé Lars von Trier. Séduite, l’entité NKDM lui a demandé de reprendre aussi, avec le même casting, la série en milieu hospitalier du cinéaste danois, «Le Royaume».

Tchekhov, de près et de loin

Simultanément film et spectacle, donné en parallèle à la Comédie et au Cinerama Empire, «What if they went to Moscow» proposera fin octobre deux visions, de près et de loin, dans la joie ou la mélancolie, du classique tchékhovien «Les trois Sœurs», par la précitée Christiane Jatahy. «Tout ce qu’on aime», disent nos contremaîtres de cette double expérience sensorielle. Mais on aura en janvier à confronter le prisme brésilien à celui du Russe Timofei Kouliabine, qui, lui, fera jouer la même pièce à une nombreuse troupe sibérienne s’exprimant en langue des signes!

À ces curiosités d’une alléchante effervescence, il faudra ajouter un défilé de soli interprétés par tout ce que la région compte d’acteurs hors pair, deux performances en appartement réalisées chez vous et moi, un portrait du monde par dix-huit adulescents, une réminiscence amoureuse, un concert, ou encore une plongée dans l’univers des pompes funèbres guidée par un Denis Maillefer qu’anime l’esprit «carpe diem». On suivra son conseil au moins tant que durera pareille renaissance.

La Comédie Programme détaillé et billetterie sur www.comedie.ch

Créé: 12.06.2018, 19h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.