Passer au contenu principal

ÉnergieLa com sur des millénaires pour sécuriser le nucléaire

La communauté internationale veut s’adresser à des générations extrêmement lointaines pour les protéger des déchets nucléaires.

Anne Claudel, responsable de la documentation à la Nagra (Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs).
Anne Claudel, responsable de la documentation à la Nagra (Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs).
DR

Du fait de diverses activités, comme la production d’énergie, l’industrie, la médecine ou la recherche scientifique, la Suisse génère des déchets radioactifs. La sécurité de la population et de l’environnement en impose le stockage géologique profond. Les sites helvétiques concernés doivent encore être déterminés, même si l’on sait déjà que les travaux d’enfouissement devront commencer entre 2050 et 2060. Mais l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) n’attend pas. Quatorze de ses États membres viennent de publier un inventaire des méthodes de communication à vocation sécuritaire et mémorielle pour ces sites («Preservation of records, knowledge and memory across generations», RK&M). Après une courte pause, imposée par le coronavirus, ils reprennent leurs travaux avec deux représentants de la Suisse en septembre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.