Passer au contenu principal

Ville de GenèveLa campagne sur Clé-de-Rive prend une tournure agressive

La tension monte, donnant lieu à une surenchère de communiqués. La droite patronale vante les mérites du projet, tandis que l’Association des marchés de Genève s’en distancie publiquement.

La conférence de presse du GTE s’est déroulée en partie par vidéo, ce lundi 22 février.
La conférence de presse du GTE s’est déroulée en partie par vidéo, ce lundi 22 février.
TA

À moins de deux semaines du vote sur Clé-de-Rive, les deux camps s’écharpent à coups de communiqués interposés, d’accusations réciproques sur les réseaux sociaux et dans les médias. Alors que la polémique sur l’usage abusif des logos de Genèveroule et Mobility a enflé tout le week-end, c’était, lundi, au tour du Groupement transports et économie (GTE) de dégainer sa conférence de presse. Et de lancer quelques piques.

Le lobby de la droite sur la mobilité, auquel se sont associées la FER (Fédération des entreprises romandes) et la Node (Nouvelle organisation des entrepreneurs), a commencé par mettre en avant les atouts du projet. Clé-de-Rive permettrait de doter Genève d’une «infrastructure exceptionnelle qui comble un manque évident en bornes de recharge électriques et en places pour les «deux-roues», souligne Nathalie Hardyn (GTE et Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève). Mais ce projet, poursuit-elle, «est bien plus qu’un parking».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.