Passer au contenu principal

Trafic sur la moyenne ceintureLa bataille du bruit routier couve sur la Rive droite

Le Canton demande de déroger aux normes contre la pollution sonore sur l’axe qui s’étend entre Balexert et le pont Butin. Mais la résistance s’organise.

Avec l’avènement de la moyenne ceinture, le trafic devrait augmenter sur cet axe qui souffre déjà d’un bruit excessif, avec des mesures atteignant jusqu’à 63 décibels la nuit et 74 décibels le jour.
Avec l’avènement de la moyenne ceinture, le trafic devrait augmenter sur cet axe qui souffre déjà d’un bruit excessif, avec des mesures atteignant jusqu’à 63 décibels la nuit et 74 décibels le jour.
Frank Mentha

À l’accroche du pont Butin sur la Rive droite, le va-et-vient est incessant. Si la vue sur le vallon du Rhône est enchanteresse, le tapage routier éteint vite tout vertige bucolique. L’an dernier, on dénombrait là en moyenne 51’331 voitures par jour, presque autant que sur le pont du Mont-Blanc. Et ce nombre devrait augmenter. L’axe allant de Balexert au pont Butin, puis poursuivant jusqu’aux Palettes sur la Rive gauche, est voué à s’intégrer dans la moyenne ceinture routière dont on attend qu’elle déleste le centre-ville. Un principe clé du compromis sur la mobilité, plébiscité en 2016.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.