Passer au contenu principal

RacismeL'ONU lance un débat historique

Le Conseil des droits de l'Homme débat dès aujourd’hui sur le «racisme systémique». Une commission d'enquête internationale indépendante est demandée.

«Vous avez le pouvoir de nous aider à obtenir justice», a lancé le frère de George Floyd, invité à intervenir lors des discussions  (photo d’archives).
«Vous avez le pouvoir de nous aider à obtenir justice», a lancé le frère de George Floyd, invité à intervenir lors des discussions (photo d’archives).
KEYSTONE

Le Conseil des droits de l'homme a entamé à Genève un débat historique sur le racisme. Alors que l'ONU cible la «brutalité» contre George Floyd, le frère de celui-ci a appelé à «aider» les Afro-Américains. Une commission d'enquête internationale sera examinée jeudi.

Le débat urgent, qui a démarré mercredi après-midi, avait été demandé la semaine dernière par le Burkina Faso, au nom du groupe des Etats africains après le décès de l'Afro-Américain de 46 ans après une intervention policière. Il n'est que la cinquième discussion sous ce format depuis le lancement du Conseil des droits de l'homme, utilisé à plusieurs reprises sur le conflit syrien.

Lors de ce débat «historique» selon la rapporteuse spéciale de l'ONU contre le racisme, Philonise Floyd a dénoncé la «torture» dont a été victime son frère. «Vous avez le pouvoir de nous aider à obtenir justice», a-t-il dit. «Je vous demande de l'aider. Je vous demande de m'aider. Je vous demande de nous aider, nous les Afro-Américains», a-t-il estimé.

Une minute de silence a été observée pour toutes les victimes du racisme. Pour l'ONU, la secrétaire générale adjointe Amina Mohammed a relevé la «responsabilité» des Nations Unies à répondre aux victimes de racisme. La Haute commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet a elle dénoncé «la brutalité gratuite» du policier qui a étouffé George Floyd.

Les débats d’urgence sur le «racisme systémique» ont débuté avec une minute de silence à Genève.
Les débats d’urgence sur le «racisme systémique» ont débuté avec une minute de silence à Genève.
AFP

Actes de manifestants visés

Après avoir condamné ces dernières semaines le «racisme structurel» aux Etats-Unis, elle a aussi appelé à des réformes «rapides et cruciales» dans ce pays mais aussi dans les autres. Elle a déploré aussi les actes criminels de quelques manifestants.

Dans un projet de résolution qui devrait être examiné par les 47 membres de l'instance onusienne jeudi au terme du débat urgent, les pays africains demandent une commission d'enquête internationale sur «le racisme systémique» et les violences policières «aux Etats-Unis et dans d'autres pays». Celle-ci, soutenue notamment par l'ONG Human Rights Watch (HRW), serait nommée pour un an et devrait aussi se prononcer sur la répression contre les manifestants.

Les Etats-Unis, qui se sont retirés du Conseil des droits de l'homme, n'assistent pas en salle aux débats. Dès la semaine dernière, la mission américaine auprès de l'ONU à Genève avait tenté de désamorcer les reproches en condamnant le décès de George Floyd mais en relevant que ce pays oeuvrait à davantage «d'égalités». Et que son attachement aux libertés fondamentales permettait à la communauté internationale de «dialoguer ouvertement» avec lui pour trouver des solutions.

Conseil visé par Washington

Autre avancée, le président américain Donald Trump a prononcé mardi un décret pour interdire l'étranglement comme mode opératoire policier, sauf en cas de danger. Un allègement estimé insuffisant par ses opposants démocrates.

Le scénario d'une commission d'enquête internationale est considéré comme un affront par Washington. «Nous ne sommes pas exempts d'une surveillance» mais toute résolution devrait mentionner les «nombreux pays» où du racisme est observé, a dit mercredi avant le débat l'ambassadeur américain à l'ONU à Genève Andrew Bremberg.

Et selon certaines sources, les Etats-Unis ont manœuvré en coulisses pour demander à certains de ses alliés membres du Conseil de tout faire pour que le projet de résolution ne soit pas approuvé. Une vingtaine de hauts responsables africains de l'ONU, dont des chefs d'entités à Genève, ont publié une tribune dans laquelle ils appellent à faire davantage que de simples condamnations.

AFP