Passer au contenu principal

Faune L'aiglon neuchâtelois Artémis s'est envolé

Après un séjour au nid de 80 jours, le jeune aigle royal sillonne désormais le ciel de l’Arc jurassien, indique dans un communiqué le Musée d'histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds.

L'aiglon près de son aire.
L'aiglon près de son aire.
Patricia Huguenin

Les ornithologues, qui suivent de près la première nidification depuis 200 ans de l’aigle royal dans le canton de Neuchâtel, ont pu observer les premiers vols de l’aiglon. Le jeune rapace a été baptisé Artémis.

Ponte en mars

Les ornithologues ont choisi ce nom en honneur à sa région d’origine, le Val-de-Travers. Artémis était chez les Grecs la déesse de la nature sauvage et de la chasse, qui a donné son nom à la plante d’absinthe, Artemisia absinthium, a indiqué mercredi dans un communiqué le Musée d'histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds.

La ponte avait eu lieu en mars et l’aiglon s’est envolé le 27 juillet après un séjour au nid d’environ 80 jours. L'oiseau a été nourri avec une grande diversité de proies, allant du campagnol au héron cendré.

L’aigle royal poursuit ainsi sa reconquête de l’Arc jurassien. «Deux à trois autres couples sont en voie de s’installer dans l’espace formé par les cantons de Neuchâtel et du Jura», peut-on lire dans le communiqué.

ATS/NXP