Passer au contenu principal

L’éditorialJour de douleur pour Macron

Lausanne, le 13 mars 2018. Portrait des editorialistes et des chroniqueurs du Matin Dimanche. Alain Rebetez.        Photo Yvain Genevay / Le Matin Dimanche
Lausanne, le 13 mars 2018. Portrait des editorialistes et des chroniqueurs du Matin Dimanche. Alain Rebetez. Photo Yvain Genevay / Le Matin Dimanche
LMD

Dimanche prochain, second tour des municipales, sera pour Emmanuel Macron un jour de douleur. Le vieux monde politique qu’il prétendait terrasser, celui qui croit encore à la droite et à la gauche, celui des élus de terrain qu’incarnent ces deux anciens partis que sont le PS et Les Républicains, tout ce vieux monde va redresser sa tête chenue et montrer qu’il n’est pas mort.

Certes, il y aura un coup de jeune. Ce devraient être les Verts qui l’apporteront, et l’un des enjeux de la soirée sera de vérifier dans quelle mesure ils confirment leur vague du premier tour et le souffle qu’ils peuvent procurer à une nouvelle quoique encore très hypothétique union de la gauche.

Mais le constat le plus marquant, ce sera l’incapacité du pouvoir en place à gagner un ancrage territorial.
En dehors de son fidèle allié le MoDem (avec son président François Bayrou, autre figure du vieux monde),
La République en marche ne réussira que dans l’ombre d’accords plus ou moins opportunistes passés avec des maires Républicains (surtout) ou socialistes (parfois). Elle tremble de perdre Lyon, elle échouera lamentablement à Paris, et sa seule victoire pourrait être Le Havre, grâce au premier ministre, qui n’est pas membre du mouvement.

Cette déroute attendue du parti d’Emmanuel Macron annonce-t-elle celle du président dans deux ans? Méfiez-vous des conclusions hâtives. L’homme est énergique, inventif, incroyablement mobile. Il y a seize mois, au plus fort de la crise des «Gilets jaunes», on le disait à terre. À la fin de l’été, après le grand débat et le G7 de Biarritz, il semblait rayonner. Le Covid-19 a cassé sa dynamique, mais il reste deux ans et le bilan de sa présidence est encore loin d’être scellé.