Passer au contenu principal

Premier vol commercial habité«J’irais très volontiers à la place de Thomas Pesquet!»

Cette mission a été achetée clés en main par la NASA à la firme SpaceX. Elle est souvent présentée comme un vol low cost dans l’espace. Que faut-il en penser? L’analyse de Claude Nicollier.

L’astrophysicien et astronaute vaudois Claude Nicoller.
L’astrophysicien et astronaute vaudois Claude Nicoller.
Chantal Dervey

Pourquoi dit-on que ces vols SpaceX sont du low cost? C’est vrai? Ça change quelque chose au niveau de la sécurité de l’équipage?

Une mission spatiale donnée, techniquement et opérationnellement contrôlée par une société privée, est généralement moins chère que la même mission sous contrôle d’une agence spatiale nationale comme la NASA. La société privée doit maintenir l’attractivité de ses services en faisant tout pour abaisser les coûts. Dans le cas de SpaceX et du Crew Dragon, tous les aspects de sécurité sont minutieusement contrôlés par le «NASA Aerospace Safety Panel», donc on ne peut certainement pas dire que la sécurité de l’équipage souffre de cet effort de réduction des coûts par SpaceX.

On a appris récemment que le Français Thomas Pesquet volera à bord de SpaceX en 2021, c’est une bonne nouvelle?

Tout astronaute en attente d’un vol spatial et qui se voit désigné pour une mission est bien entendu heureux de cette désignation. C’est donc une bonne nouvelle pour Thomas Pesquet et pour l’ESA, son employeur! Thomas est un bon collègue et ami. Je suis content pour lui, j’irais très volontiers à sa place!