Passer au contenu principal

Trios jazz et classique à l’ÉchandoleJérôme Berney réinvite Ravel à swinguer

Le compositeur et percussionniste revient à sa formule «3+3» à Yverdon-les-Bains, douze ans après ses premières «irruptions».

Jérôme Berney à la batterie et l’équipe de 3+3 en 2015 à l’Échandole lors de la création autour du trio de Chostakovitch.
Jérôme Berney à la batterie et l’équipe de 3+3 en 2015 à l’Échandole lors de la création autour du trio de Chostakovitch.
Julien Mudry

Dans son évolution de compositeur, Jérôme Berney a affiné son métier en greffant ses origines jazzistiques à l’écriture savante des musiciens classiques. En 2008, il avait pris comme point de départ le «Trio» de Ravel pour inventer une formule 3+3 réunissant son trio de jazz (piano, percussion, contrebasse) et un trio classique (piano, violon, violoncelle). Douze ans plus tard, le compositeur de la Fête des Vignerons 2019 revient aux sources de son inspiration et propose à nouveau l’expérience du jazz autour de Ravel à l’Échandole d’Yverdon-les-Bains, les 16 et 17 octobre prochains.

Une dérive jazz en douceur

Maurice Ravel a toujours été sensible aux musiques populaires. Sa musique en conserve plus que des traces. Il a aussi été influencé par le jazz. Et le jazz a été en retour influencé par ses harmonies capiteuses, ses mélodies entêtantes. «À l’époque, je partageais mon studio avec la pianiste Virginie Falquet qui travaillait le «Trio» de Ravel, se souvient Jérôme Berney. J’ai imaginé de manière très intuitive des moments où je pouvais insérer, dans un fondu enchaîné, une dérive jazz, de développer un thème original autour et de revenir en douceur à Ravel.» De là sont nées les «irruptions» de Jérôme Berney, créées en 2008 à l’Estrée de Ropraz. Ce dialogue insolite et inédit s’est par la suite étoffé: Fauré avec des «apparitions», Frank Martin et ses «effractions», puis Chostakovitch dans des «évasions».

«Avec l’expérience acquise depuis, mes «irruptions» ont mûri»

Jérôme Berney, compositeur et batteur de jazz

L’équipe musicale gravitant autour du percussionniste a évolué depuis les débuts et l’envie s’est exprimée de revenir à Ravel, voire d’enregistrer ce double trio. L’Échandole et son magnifique piano Steinway avaient déjà accueilli la création autour de Chostakovitch en 2015. Mais en reprenant la partition, Jérôme Berney y a apporté de nombreux changements. «Avec l’expérience acquise depuis, mes «irruptions» ont mûri. J’accentue aussi les mélanges entre les deux trios sur ma musique. Au final, j’ai l’impression que c’est Ravel qui se prête le mieux à cet exercice.»

Yverdon-les-Bains, L’Échandole
Ve 16 et sa 17 octobre (21 h)
echandole.ch