Passer au contenu principal

Collection d’œuvres d'artJean Claude Gandur: «Je suis infidèle à l’objet, complètement!»

À 71 ans, l’homme d’affaires suisse et collectionneur d’art entame une cinquième anthologie, qui réunit des artistes africains contemporains et de la diaspora.

Il y a un an, Jean Claude Gandur nous annonçait sa volonté d’acheter un terrain en France pour y bâtir son musée privé. Aujourd’hui, le Covid a rebrassé les cartes. «Qu’attend le public d’un musée? Je suis ouvert à tout, mais je sais ce que je ne veux pas: bâtir un mouroir à objets», affirme l’homme d’affaires suisse et collectionneur d’art. 
Il y a un an, Jean Claude Gandur nous annonçait sa volonté d’acheter un terrain en France pour y bâtir son musée privé. Aujourd’hui, le Covid a rebrassé les cartes. «Qu’attend le public d’un musée? Je suis ouvert à tout, mais je sais ce que je ne veux pas: bâtir un mouroir à objets», affirme l’homme d’affaires suisse et collectionneur d’art. 
LAURENT GUIRAUD

Jean Claude Gandur vit son confinement à Paris, dans un décor très éclectique. Sur le mur derrière lui, un superbe Hartung dans les tons bleu Méditerranée. Encadrant le bureau où travaille l’homme d’affaires suisse et collectionneur d’art, une vitrine peuplée de statuettes précolombiennes et une étagère basse accueillant des objets décoratifs datant du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Manquent ici deux de ses passions: la plus ancienne, l’archéologie – Égypte, Grèce, Rome – et la plus récente, l’art africain contemporain et de la diaspora. «Dans chaque endroit où je vis se trouvent des œuvres d’art différentes, commente-t-il. Les objets ne voyagent pas avec moi, ils ne me manquent pas, car je sais que je vais les retrouver un jour et que là, tout de suite, je vais en voir d’autres. Je suis infidèle à l’objet, complètement, mais fidèle à ma collection!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.