Passer au contenu principal

Réveil du Hirak en Algérie«Je sors manifester car rien n’a changé depuis deux ans»

Après des mois de trêve due à la pandémie, les Algériens manifestent à nouveau pour marquer le deuxième anniversaire du Hirak, alors que le pouvoir tente des mesures d’apaisement.

Des cordons de policiers ont encadré les manifestants, lundi 22 février au centre d’Alger, et procédé à plusieurs dizaines d’interpellations.
Des cordons de policiers ont encadré les manifestants, lundi 22 février au centre d’Alger, et procédé à plusieurs dizaines d’interpellations.
AFP

«Le ciel est gris, mais le sol est bleu.» Ali, retraité de la Poste, balaie d’un geste de la main le haut de la rue Didouche Mourad dans le centre-ville quadrillé de fourgons et de bus pleins à craquer de policiers antiémeute. «J’ai pris un drapeau algérien pour manifester, mais j’attends qu’il y ait plus de monde», poursuit-il en montrant l’étendard soigneusement plié dans son couffin. Il est 10h ce 22 février à Alger et tout le monde spécule sur le déroulé de ce deuxième anniversaire du déclenchement du Hirak, gigantesque mouvement populaire qui a dynamité le projet de cinquième mandat du président déchu Abdelaziz Bouteflika en 2019.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.