Passer au contenu principal

Hockey sur glace«Je ne vois pas comment la saison pourra reprendre le 18 septembre»

Le président du GSHC, Laurent Strawson, estime que la reprise du championnat de National League sera retardée.

Actuellement en vacances, Laurent Strawson estime qu’une saison à 1000 spectateurs ne serait pas viable sur le plan économique.
Actuellement en vacances, Laurent Strawson estime qu’une saison à 1000 spectateurs ne serait pas viable sur le plan économique.
KEYSTONE

La saison 2020-2021 de hockey sur glace paraît bien lointaine. Et pas uniquement parce que le thermomètre flirte avec les 30 degrés. Alors que les play-off ont été annulés au printemps, les inconnues sont encore nombreuses pour le futur proche du championnat de Suisse.

La crainte de devoir disputer des matches devant un maximum de 1000 spectateurs fait notamment transpirer les dirigeant . Comme l’a révélé le site «watson.ch», les directeurs des 12 clubs de National League se réunissent jeudi et vendredi dans un hôtel au fin fond de l’Emmental pour discuter à huis-clos.

Joint par téléphone durant ses vacances, le président de Genève-Servette, Laurent Strawson, a donné son avis sur ces dossiers chauds. Pour lui, le championnat ne reprendra pas le 18 septembre. Comme prévu jusqu’à présent.

La Confédération envisage de prolonger jusqu’en mars 2021 la limitation à 1000 spectateurs pour les événements publics. Que vous évoque cette perspective?
A ma connaissance, c’est en effet l’un des scénarios possibles. Il n’y a pas besoin d’avoir fait des études d’économie pour comprendre que ce ne serait pas viable sur le plan financier pour le hockey suisse.

Au point de remettre en cause l’existence même de la saison 2020-2021?
Oui, si cette limite est effectivement prolongée de manière stricte en 2021, il faudra sérieusement se poser la question. Un aspect essentiel doit pris en compte; c’est la particularité de chaque Canton, de chaque club et de chaque enceinte. Cela ne fait aucun sens de mettre tout le monde au même niveau. Nous mettons sur pied des plans qui permettraient de compartimenter les spectateurs de manière efficace, dans le respect des normes sanitaires.

Le Lausanne HC a publiquement critiqué l’Office fédéral de la santé publique lors d’une conférence de presse organisée mardi. Est-ce la bonne stratégie pour se faire entendre?
Je trouve que c’es très bien que Lausanne ait pris la parole pour secouer tout ça. J’adresse mes félicitations au président De Preux. Je l’ai d’ailleurs fait personnellement cette semaine au téléphone.

Des discussions sont actuellement en cours. Sera-t-il possible de trouver une solution qui convienne à tout le monde?
Les 12 clubs doivent véritablement s’asseoir autour de la même table. Ce n’est pas possible que chacun fasse sa cuisine dans son coin. Si Berne trouve une solution pour accueillir 12'000 spectateurs à chaque match mais qu’Ambri reste bloqué à 1000, on va vite avoir un problème. Plus que jamais, les clubs doivent être solidaires. Si la moitié d’entre eux fait faillite en cours de saison, personne ne sera gagnant. Une séance prévue avec la ligue a été avancée à la mi-août, juste après que le Conseil Fédéral se réveille le 12 août.

La reprise est agendée seulement un mois plus tard, le 18 septembre.
Je ne vois pas comment la saison va pouvoir reprendre à cette date. La reprise va être repoussée, à mes yeux cela ne fait aucun doute. Si l'avion s’écrase en plein vol, je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure solution. Mieux vaut rester au sol pour l'instant, pour s'envoler tous ensemble quand il y aura le moins d’incertitudes possibles. Certains clubs veulent commencer à tout prix le 18 septembre et faire un maximum de matches. Si une deuxième vague se confirme et qu’on doit tout arrêter après avoir disputer 15 rencontres devant 1000 personnes, on ne sera pas plus avancé. Ni sur le plan financier, ni sur le plan sportif. Plus on a de recul, mieux c'est. Au-delà du Covid, nous sommes d’avis au GSHC que la saison de hockey devrait reprendre à partir du mois d’octobre à l’avenir. En septembre, il fait encore chaud et les gens n’ont pas forcément envie de rentrer dans une patinoire.