Passer au contenu principal

Biélorussie«Je n’ai pas supporté que, dans mon pays, la police torture et tue des gens»

Ex-ambassadeur et ex-ministre de la Culture, Pavel Latouchko a fait défection le mois dernier pour devenir l’une des figures de l’opposition. Interview.

Former arts minister Pavel Latushko, a member of the Coordination Council formed by the opposition to oversee efforts for a peaceful transition of power, attends a press conference on the 16th day of protests over disputed presidential elections results in Minsk on August 24, 2020.
Former arts minister Pavel Latushko, a member of the Coordination Council formed by the opposition to oversee efforts for a peaceful transition of power, attends a press conference on the 16th day of protests over disputed presidential elections results in Minsk on August 24, 2020.
Sergei GAPON / AFP

Homme de lettres, Pavel Latouchko sait aussi, en bon diplomate, peser ses mots. Au Ministère des affaires étrangères, au service du régime d’Alexandre Loukachenko, il a gravi les échelons jusqu’à devenir ambassadeur. De 2009 à 2012, il a été ministre de la Culture. Puis, depuis l’an dernier, directeur du principal théâtre public de Minsk. Après l’élection présidentielle du 9 août, il a fait défection et est devenu l’un des leaders du conseil de coordination de l’opposition.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.