Passer au contenu principal

Un festival presque intimeJazz au Peuple arrive à Nyon

La manifestation, en jauge très réduite, virus oblige, quitte Prangins mais maintient son soutien à la scène suisse. Questions à Kate Espasandin, sa programmatrice.

Le groupe zurichois Uassyn jouera pour la première fois en Suisse romande à Jazz au Peuple.
Le groupe zurichois Uassyn jouera pour la première fois en Suisse romande à Jazz au Peuple.
DOMINIK ZIETLOW

En cette rentrée culturelle, tout le monde aimerait le réduire au second rôle, mais le coronavirus finit presque toujours par voler la vedette à tous ceux qui s’échinent à réactiver le spectacle vivant. Ainsi du petit festival gratuit Jazz au Peuple qui, après cinq ans de bons et loyaux services à Prangins, avait prévu de longue date un déménagement du côté de Nyon, notamment pour se rendre plus accessible et élargir son public. «Contrairement à Prangins, Nyon a une gare, remarque Kate Espasandin, programmatrice de ce rendez-vous modeste mais valeureux. Mais l’idée était aussi de gagner des places, avec des jauges de 100 au château de Nyon et de près de 200 au temple.»

Las, le coronavirus a réduit ces ambitions, qui attendront des jours meilleurs. «J’ai commencé la programmation pendant la première semaine de confinement, poursuit la responsable artistique. Même si nous ne programmons que des artistes suisses, je pensais qu’en septembre nous n’aurions plus de problèmes… Pour le coup, nous avons décidé de mobiliser toutes les mesures sanitaires possibles et limité la jauge pour garantir 3 m² par personne.» Les salles passent ainsi respectivement à 30 et 40 places… pour retrouver à peu près la capacité du festival à Prangins! Masques, désinfectant et traçage du public feront évidemment aussi partie du dispositif. Les précautions sont très complètes, mais elles permettent à la manifestation d’avancer sa 6e édition à Nyon, ville qui a aussi été choisie pour garder les subventions de la région, dont la commune de Prangins a choisi de se séparer en 2018. «Nous ne voulons pas nous isoler», précise la Pranginoise d’origine.

C’est d’autant moins le cas que Jazz au Peuple demeure ouvert à tous les musiciens du pays, défrichant également avec attention ceux en provenance des régions alémaniques. En programmatrice œuvrant aussi pour Cully Jazz et pour Live in Vevey, Kate Espasandin garde une vision panoramique sur le jazz suisse. Le fantastique pianiste zurichois Nik Bärtsch, en solo, Christophe Calpini et ses cordes ou le percussionniste ultra-inventif Julian Sartorius sont de la partie lors d’une même soirée au temple de Nyon, et le festival ne manque pas de propositions inédites, comme le Simon Spiess Quiet Tree, Andrina Bollinger et Arthur Hnatek, ou Uassyn, formation zurichoise dont c’est la première date romande. Jazz au Peuple s’associe aussi avec l’Espace eeeeh! à Nyon, pour présenter la bassiste Frida Stroom, musicienne qu’on entend habituellement aux côtés de Sophie Hunger.

Ce redémarrage jazz s’annonce en beauté mais s’adresse, hélas, à un comité réduit. Au vu de la limitation des places, plusieurs concerts affichent déjà complet. Il n’est toutefois pas interdit de s’inscrire sur liste d’attente et, pour les plus acharnés, de tenter sa chance le soir même, car les inscrits ne se déplacent pas toujours.