Passer au contenu principal

SuisseInitiative pour un revenu de base inconditionnel à Zurich

Le texte demande à la ville de mener un essai pour faire bénéficier au moins 500 personnes de ce revenu de base pendant trois ans.

Le montant du revenu de base inconditionnel ne devrait pas être inférieur au minimum social versé habituellement par la ville de Zurich, exige l’initiative.
Le montant du revenu de base inconditionnel ne devrait pas être inférieur au minimum social versé habituellement par la ville de Zurich, exige l’initiative.
KEYSTONE

Un comité lance une initiative demandant à la ville de Zurich de mener un essai pilote de revenu de base inconditionnel accompagné scientifiquement. L’idée est de faire bénéficier au moins 500 personnes de ce revenu de base pendant trois ans.

Le montant du revenu de base inconditionnel ne devrait pas être inférieur au minimum social versé habituellement par la ville de Zurich, a indiqué lundi le comité. Il n’est pas possible actuellement de dire combien coûtera l’expérience.

Le but est de rassembler des informations, de collecter des données et de fournir des résultats significatifs, plutôt que de rester dans de vagues hypothèses, souligne le comité. Cela devrait notamment permettre de savoir ce que le revenu de base déclenche comme réactions chez les bénéficiaires, s’il rend les gens passifs ou au contraire s’il les incite à prendre des engagements.

Echec à Rheinau

Un essai de revenu de base inconditionnel devait être réalisé dès 2018 dans la commune de Rheinau (ZH). Le projet a finalement échoué. La campagne de financement n’a permis de réunir qu’un peu plus de 150'000 francs sur les 6,1 millions de francs visés.

Au niveau national, la création d’un revenu de base inconditionnel a été rejetée par 77% des votants en juin 2016. En mai dernier, le parlement zurichois a soutenu de justesse une initiative individuelle demandant le lancement d’un essai de revenu de base inconditionnel dans le canton. Le gouvernement doit encore prendre position. Le texte reviendra ensuite au parlement.

ATS/NXP