Passer au contenu principal

Récolte de donsIls avalent les kilomètres pour améliorer la santé masculine

Antoine Stiassny et Léon Derwael participent à vélo au mouvement Movember, afin de sensibiliser les gens aux problèmes de santé qui touchent plus particulièrement les hommes.

Depuis le début du mois, Antoine Stiassny (à g.) et Léon Derwael parcourent chaque jour 60 kilomètres à vélo, pour la bonne cause.
Depuis le début du mois, Antoine Stiassny (à g.) et Léon Derwael parcourent chaque jour 60 kilomètres à vélo, pour la bonne cause.
LUCIEN FORTUNATI

Ils arborent tous deux une moustache. Ces jours-ci, c’est un signe. Distinctif. Les sympathisants du mouvement Movember sont en effet reconnaissables au fait qu’ils portent cet attribut très masculin durant le mois de novembre. Pourquoi? Parce que la fondation du même nom, née en Australie en 2003, «finance des projets de recherche et de lutte visant à améliorer la santé des hommes dans des domaines tels que la prévention des cancers de la prostate et des testicules ainsi que du suicide», explique Antoine Stiassny.

Afin de récolter des dons, cet étudiant en emploi à la Haute École de gestion et son compère Léon Derwael, étudiant en psychologie, ont donc choisi de relever un défi: parcourir chaque jour de novembre 60 kilomètres à vélo. Au minimum! Une distance qui ne doit rien au hasard. «En moyenne, 60 hommes par heure se suicident dans le monde, précise Antoine. L’objectif est que les gens retiennent ce chiffre.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.