Passer au contenu principal

Mobilisations«Il faut soutenir ces étudiants qui osent s’opposer!»

Un rassemblement de protestation et de soutien aux jeunes Turcs mobilisés depuis des semaines a eu lieu aux Nations samedi. Sur la place, les communautés rwandaise et birmane étaient aussi présentes pour faire entendre leurs revendications.

La communauté turque s’est mobilisée en raison de la nomination par le président Recep Tayyip Erdogan d’un recteur pro-AKP, le parti au pouvoir, à la tête de la prestigieuse université Bogazici.
La communauté turque s’est mobilisée en raison de la nomination par le président Recep Tayyip Erdogan d’un recteur pro-AKP, le parti au pouvoir, à la tête de la prestigieuse université Bogazici.
Pierre Albouy

Ce samedi qui fleure bon le printemps vient chasser un peu la morosité ambiante covidienne. Partout, des grappes de Genevois s’agglutinent au bord du lac, du Rhône, dans les parcs et sur le moindre banc ensoleillé. La place des Nations aussi reçoit du monde, mais la présence ici ne fait pas dans l’insouciance, elle est avant tout militante. Durant l’après-midi, trois mouvements de protestation ont eu lieu quasi simultanément. Au pied de la chaise cassée, on trouve près de 70 manifestants turcs en arc de cercle, au milieu de la place une vingtaine de représentants de la communauté rwandaise en rond et, à l’autre bout, quelque 70 Birmans en rangs d’oignons, tenant la distance de sécurité marquée par des étoiles roses tracées à la craie. Les discours et slogans se mélangent derrière les masques, au rythme des poings levés, des «dong» de casseroles et de la musique orientale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.