Passer au contenu principal

Moyen-OrientIgnazio Cassis appelle Palestiniens et Israéliens à reprendre le dialogue

Le chef de la diplomatie helvétique s’est exprimé ce mardi lors d’une séance du Comité spécial de liaison, un organe qui coordonne l’assistance en faveur de l’Autorité palestinienne. Il a notamment appelé à la coopération des deux États face à la crise du Covid-19.

Ignazio Cassis a assuré que Berne continuerait de proposer ses bons offices pour la reprise de discussions crédibles et le maintien des perspectives en faveur de la paix.
Ignazio Cassis a assuré que Berne continuerait de proposer ses bons offices pour la reprise de discussions crédibles et le maintien des perspectives en faveur de la paix.
KEYSTONE

Le chef du Département fédéral des Affaires étrangères Ignazio Cassis a appelé mardi Israéliens et Palestiniens à reprendre un dialogue «crédible» et à renoncer à des mesures unilatérales. Il s’exprimait lors d’une séance du Comité spécial de liaison, organe multilatéral qui coordonne l’assistance en faveur de l’Autorité palestinienne.

La Suisse participait pour la première fois, par visioconférence, à une réunion ministérielle de ce comité. Cela en qualité de médiatrice et d’importante actrice humanitaire au Moyen-Orient, précise le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué diffusé mardi.

Ignazio Cassis a encouragé les représentants d’Israël et de l’Autorité palestinienne à poursuivre la coopération dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. En raison de la crise, la Suisse a renforcé son aide humanitaire sur place et participe à la création d’emplois.

Vu les conséquences à long terme de cette crise sur la situation économique et sociale de la population, le DFAE a en outre adapté et élargi son programme de développement.

Appel au dialogue

Appelant Israéliens et Palestiniens à reprendre un «dialogue multilatéral crédible», la Suisse les exhorte à renoncer à prendre des mesures unilatérales. Une annexion partielle de la Cisjordanie «compliquerait» ainsi le retour des parties à la table des négociations, en plus de contrevenir au droit international.

Ignazio Cassis a assuré que Berne continuerait de proposer ses bons offices pour la reprise de discussions crédibles et le maintien des perspectives en faveur de la paix.

Le Comité de liaison ad hoc est le principal organe de coordination politique de l’aide au Territoire palestinien occupé. Il est présidé par la Norvège et co-parrainé par l’UE et les États-Unis. L’ONU, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) y sont également impliqués. Ce comité a été créé en 1993 dans le cadre des accords d’Oslo.

(ATS/NXP)