Passer au contenu principal

Il y a 50 ansHommage à Denis de Rougemont

Jean-Paul Maeder

En ce 14 octobre 1970, la «Tribune de Genève» rend compte du «vibrant hommage du Cercle de la presse et des amitiés étrangères au grand écrivain qui incarne l’esprit européen en Suisse». Vous avez deviné de qui il s’agit? Il est évidemment question de Denis de Rougemont.

Le Centre européen de la culture qu’il a fondé fêtait ses vingt ans. Il organisait à cette occasion un colloque sur le thème de «l’unité dans la diversité», concept central de sa pensée. «Il faudra que l’Europe se souvienne que la culture n’est pas un appendice ornemental, mais l’essentiel» pour «sauvegarder cette personne libre et responsable», jugeait le philosophe et écrivain. Le journaliste qui couvrait le colloque rappelait que «Denis de Rougemont a joué un rôle actif dans la préhistoire du CERN» et que le professeur Pierre Auger fut la «véritable cheville ouvrière de la genèse du premier modèle de coopération scientifique européenne évoquant, lui, «les luttes qui permirent de surmonter les réticences nationales devant cet exemple de supranationalisme».

Cette coopération active de la Suisse au niveau européen était encore illustrée par le maître Igor Markévitch qui parla de la naissance de l’association européenne des festivals de musique, cofondée par Denis de Rougemont. Le professeur Dusan Sidjanski, secrétaire général de l‘Association des Instituts d’études européennes, soulignait «l’importance des études humaines quantitatives si l’Europe veut maintenir son rang».

Ce colloque permit de faire un bilan des riches coopérations lancées par celui qui voyait en l’Europe, «un mode de vie, un mode de sentir». Évoquant les six années qu’il a passées aux États-Unis, Denis de Rougemont déclarait que «vue d’une certaine distance, l’unité des cultures européennes devenait une évidence». Dans la même édition, on pouvait lire une «Réponse à Denis de Rougemont», estimant que sa lettre ouverte aux Européens emprunte de culture pouvait «captiver autant qu’irriter le général de Gaulle».

3 commentaires
    Debleudebleu

    N'oublions pas que l'Europe maastrichienne est, à l'origine, la mise en œuvre du projet élaboré en 1938 par Albert Hollenstein à la demande du pouvoir nazi.

    Si on y ajoute que l'ouverture des archives de la CIA a permis de découvrir que Mess. Monnet et Schumann étaient des agents infiltrés, il y a tout lieu de rejeter cette construction. En revanche, celle de Denis de Rougemont, qui disait que la Suisse est la maquette d'une Euope unie.

    Il y a donc d'excellentes raisons pour se tenir à distance de cette construction artificielle qu'est l'Europe maastrichienne.