YouTube est-elle homophobe?

Réseaux et toileSelon une récente enquête, la plateforme démonétiserait les vidéos contenant des mots faisant référence à la communauté LGBT.

Capture d'écran de la vidéo dans laquelle l'équipe de Nerd City révèle comment YouTube démonétise les vidéos contenant des termes faisant référence à la communauté gay.

Capture d'écran de la vidéo dans laquelle l'équipe de Nerd City révèle comment YouTube démonétise les vidéos contenant des termes faisant référence à la communauté gay. Image: Youtube/Nerd City

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les accusations, puis les plaintes devant la justice, voici venu le temps des preuves. Depuis bientôt deux ans, de nombreux Youtubeurs de la communauté LGBT dénoncent la plateforme vidéo de Google qui, selon eux, censurerait ou démonétiserait leurs contenus. YouTube de son côté assure qu'il n'en est rien et, lorsque cela s'avère être pourtant le cas, s'excuse platement et renouvelle son soutien inconditionnel à la communauté gay. Pourtant, une récente enquête menée par trois vidéastes semble prouver que la plateforme ne soit pas aussi «gay friendly» qu'elle le prétend, comme l'ont rapporté au début du mois de nombreux médias.

Dans une vidéo postée fin septembre sur la toile (voir ci-dessous), l'équipe de Nerd City explique comment elle a mis à l'épreuve les algorithmes de modération de YouTube en leur soumettant une liste de 15 296 mots et expressions. Résultat: une vidéo dont le titre et/ou la description contient des termes faisant référence à la communauté LGBT a plus de chance qu'une autre d'être démonétisée, à savoir ne pas être associée à des publicités et donc générer des revenus. Et ce, même si ladite vidéo respecte scrupuleusement les règles d'utilisation de la plateforme. Un contenu dont le titre est «Mes parents pensent que je suis gay mais je ne le suis pas» se verrait donc automatiquement démonétiser. En revanche, il suffirait de remplacer le terme «gay» par «heureux» pour que la vidéo redevienne acceptable aux yeux des annonceurs et donc monétisable.

L'enquête de Nerd City intitulée «Youtube's Biggest Lie», «Le plus gros mensonge de Youtube».

Interrogé par Le Figaro, YouTube affirme que: «Il n'y a pas de liste de mots relatifs à la communauté LGBTQ+ qui provoquent une démonétisation automatique.» Et de rappeler le «défi technologique que représente la modération de 500 heures de contenus mis en ligne chaque minute» sur la plateforme. C'est du côté des algorithmes de modération qu'il faut se tourner pour avoir un semblant de réponse. «Nous utilisons le machine learning pour évaluer si le contenu est adapté aux directives des annonceurs, a expliqué un porte-parole de YouTube à The Verge. Parfois, nos systèmes se trompent, c’est pourquoi nous encourageons les créateurs à faire recours. Grâce à cela, nos systèmes sont mis à jour et s’améliorent sans cesse.»

Des explications qui sont loin de satisfaire les Youtubeurs de la communauté LGBT qui en appellent à un changement de mentalité au sein de l'entreprise et la fin du diktat des annonceurs. Une entreprise qui applique une certaine forme de censure en laissant ses algorithmes démonétiser leurs vidéos tout en refusant de supprimer des contenus à caractère homophobe et raciste. Plus qu'une prétendue homophobie, c'est surtout l'hypocrisie de YouTube qui est pointée du doigt.

Créé: 16.10.2019, 14h06

Articles en relation

YouTube pressé de mieux protéger les enfants

Internet De nombreuses organisations de consommateurs et de protection de l'enfance accusent la filiale de Google de collecter les données d'enfants de moins de 13 ans. Plus...

YouTube va aider les auteurs à mieux se payer

Internet YouTube va permettre aux créateurs de contenus de gagner davantage via des abonnements payants. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dix écoles genevoises cambriolées
Plus...