Un citoyen a pu voter deux fois

InternetLe système de vote électronique a permis à un électeur de voter à double ce week-end. La Chancellerie fédérale se veut rassurante, mais pour le Parti pirate, ce couac décrédibilise l'e-voting.

Une personne inscrite dans le canton de Lucerne a pu voter deux fois avec la même carte de vote, a révélé la Chancellerie fédérale.

Une personne inscrite dans le canton de Lucerne a pu voter deux fois avec la même carte de vote, a révélé la Chancellerie fédérale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la Chancellerie fédérale, l’expérience de vote électronique réalisée ce dimanche a été «un succès». 116000 électeurs, don 51000 Suisses de l’étranger, avaient la possibilité de voter par internet. 19000 d’entre eux ont tenté l’expérience.

Dans un communiqué publié dimanche, Berne note toutefois qu’une personne inscrite dans le canton de Lucerne a pu voter deux fois avec la même carte de vote. «Ce cas a été tout de suite décelé par le monitoring et a été résolu de manière professionnelle. Le secret du vote n'a pas été violé», assure la Chancellerie, soulignant que l’incident n’a pas eu d’influence sur le résultat de la votation.

Recours en vue?

Ces explications ne rassurent pas Sébastien Fanti, avocat spécialisé dans les nouvelles technologies. «Ce couac est loin d’être anodin, estime l’homme de loi valaisan. Il met en jeu tout le crédit du vote électronique.» Et d’appeler de ses vœux une enquête au plus vite sur ce bug. «Comment peut-on affirmer que le secret du vote n’a pas été violé? Quelles sont les garanties que le résultat du scrutin est correct? Interroge Sébastien Fanti. La Chancellerie devra être moins laconique que dans son communiqué, car il pourrait y avoir recours contre le résultat de la votation.»

Avoir accès au code

Le Parti pirate (PPS) partage le scepticisme de l’avocat. «C’est de l’amateurisme», critique Pascal Gloor, vice-président du PPS. Pour lui, le couac est doublement choquant. Non seulement le système actuel permet de voter deux fois, mais il permet en plus d’annuler le vote d’un citoyen. «C’est comme si vous ouvriez l’urne pour en ressortir bulletin d’un électeur bien précis. L’anonymat du vote n’est pas garanti», déplore Pascal Gloor.

Défenseur des libertés sur internet et bon connaisseur nouvelles technologies, le Parti pirate n’est pas partisan du vote électronique à tout prix. «L’e-voting est pratique, mais il faut que le système soit sûr», nuance Pascal Gloor. C’est pourquoi le parti demande un accès au code source du logiciel de vote. Pour en voir d’éventuelles failles, et pour permettre un contrôle démocratique de l’outil.

Le PPS et des associations actives dans la sécurité de l’information préparent une lettre ouverte pour sensibiliser les chancelleries et les parlementaires à ces questions liées au vote électronique.

Créé: 12.03.2012, 16h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...