L’industrie porno est à la pointe de l’innovation

Lift 13Lutte contre le piratage, adoption de nouvelles technologies: le monde du porno préfère accompagner les changements plutôt que les combattre. Rencontre avec Kate Darling, jeune chercheuse américano-suisse.

Une scène de porno immortalisée par un photographe.

Une scène de porno immortalisée par un photographe. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Protection du droit d’auteur, lutte contre le piratage et promotion de nouvelles technologies: dans le secteur du divertissement, c’est l’industrie pornographique qui se situe souvent à la pointe de l’innovation. Et les grands studios hollywoodiens feraient bien de s’en inspirer.

Kate Darling, chercheuse au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et à l’EPFZ, étudie le cas de l’industrie du divertissement adulte dans le cadre de ses recherches sur le droit d’auteur. Elle présentait une partie de ses travaux ce jeudi à Genève dans le cadre de la conférence Lift.

la Tribune de Genève – L’industrie pornographique semble être la victime numéro une du piratage sur internet, et pourtant elle survit. Comment est-ce possible?
Kate Darling – De tout temps, le secteur adulte a dû contourner les difficultés qu’on lui imposait. Il n’a jamais bénéficié de la même acceptation sociale ni du même soutien politique que les autres secteurs du divertissement. Mais la flexibilité et les facultés d’adaptation du monde du porno lui ont permis de rester florissant et de trouver des opportunités, notamment grâce à la technologie.

Par exemple?
L’industrie du X et le monde de l’innovation technologique entretiennent depuis longtemps des liens étroits. Le porno n’est pas étranger à la démocratisation du livre de poche, puis de la cassette vidéo VHS. On peut dire qu’il est solidaire de l’apparition de presque chaque nouveau média: télévision câblée, vidéo à la demande, streaming HD. La demande pour la pornographie est si importante, que le secteur joue forcément un rôle dans les décisions que prennent les géants de l’électronique concernant un nouveau format, un nouveau standard, etc.

L’industrie du X fait-elle aussi preuve d’innovation dans le domaine du copyright?
Le porno a été touché de plein fouet par le piratage, mais le milieu n’a pas la puissance des studios hollywoodiens ou des grandes maisons de disque pour riposter. Plutôt que d’exiger un durcissement de la loi et une approche répressive, le milieu s’adapte. Par exemple en vendant des contenus ou des produits qui ne dépendent pas du copyright. On assiste à une explosion des offres «live», avec des «chat» et des shows personnalisés via internet. Vous ne pouvez pas pirater une interaction en direct ni voler une expérience.

Un chemin à suivre pour l’industrie du divertissement «mainstream»?
Le changement est déjà à l’œuvre dans la scène musicale indépendante, où les artistes cherchent la proximité avec leurs fans, font plus de concerts, vendent au final des expériences. Seuls les grands acteurs de l’industrie du divertissement font de la résistance et combattent le changement plutôt de s’y adapter.

Comment voyez-vous le futur du divertissement adulte?
A mon avis, le secteur continuera de vendre des services, des expériences et de l’interactivité. Il s’intéressera toujours aux nouvelles technologies pour y adapter son offre. Deux grands groupes pornographies ont d’ailleurs été parmi les premiers à se mettre sur les rangs pour obtenir les versions développeur des fameuses lunettes à réalité augmentée de Google.

(nxp)

Créé: 08.02.2013, 07h36

Kate Darling, photographiée ce jeudi au salon Lift 13 à Genève. (Simon Koch)

#Lift13

La conférence Lift, c’est un peu le WEF pour les geeks: une plate-forme de rencontre et d’échange à la confluence des nouvelles technologies, des questions de société et des problématiques économiques.

Organisé depuis 2006, Lift transforme de mercredi à vendredi le Centre international de conférences de Genève (CICG) en épicentre de la planète technophile. Un rapide coup d’œil au hashtag #Lift13 permet de s’en rendre compte.

Articles en relation

La religion expose plus que le porno aux virus informatiques

Technologies Les sites à thématiques religieuses ou idéologiques ont trois fois plus de chance d'être infectés avec des lignes de codes introduites par des pirates que les sites «pour adultes». Plus...

Le porno, un milieu où la femme gagne plus que l'homme

Inégalité des sexes Alors que la parité salariale est toujours d'actualité en cette Journée internationale de la femme, un domaine fait figure d'exception: l'industrie du sexe. Plus...

YouPorn lève le voile sur son piratage

Sécurité Le site de vidéos pornos a fini par confirmer la fuite de milliers d’adresses mail et de mots de passe. Ils proviennent du service YP Chat, affilié à YouPorn. Plus...

La fermeture de Megaupload fait baisser les prix du porno

Piratage La disparition de Megaupload a entraîné la fermeture des plates-formes adultes Megaporn et Megarotic. Le producteur français Marc Dorcel casse les prix pour tenter d'attirer les internautes vers son offre légale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...