Passer au contenu principal

Argent virtuelLe bitcoin dangereux pour la Suisse?

La monnaie en ligne bitcoin pourrait financer des activités criminelles et servir à des jeux interdits comme celui de l'avion. Sensible à ces craintes, le Conseil fédéral veut bien évaluer les risques pour la Suisse.

DR

Le Conseil fédéral se penche sur les risques que pourrait faire peser sur le Suisse la monnaie virtuelle «bitcoin».

Il soutient un postulat du conseiller national Jean Christophe Schwaab (PS/VD). En premier lieu destinée aux transactions en ligne, la monnaie privée «bitcoin» semble petit à petit gagner l'économie réelle de certains pays, s'inquiète le socialiste. Selon lui, il semble qu'elle soit massivement utilisée à des fins de blanchiment d'argent et pour financer des activités criminelles.

Le système qui permet de la mettre sur le marché s'apparenterait selon certains observateurs à un jeu de l'avion ou à une «pyramide de Ponzi», système qui consiste à rémunérer les premiers investisseurs par les dépôts d'investisseurs ultérieurs, utilisé par l'escroc Bernard Madoff.

Plusieurs pays envisagent d'ailleurs de réguler le marché du «bitcoin», voire d'interdire l'usage de cette monnaie. Suite à plusieurs escroqueries, l'autorité de surveillance des marchés financiers de New York a annoncé en août qu'elle voulait serrer la vis aux monnaies virtuelles.

Le «bitcoin» a été inventé en 2009 après la crise financière mondiale par un mystérieux informaticien caché sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Sa volatilité est très grande: son cours s'est envolé cette année de plus de 400% au premier trimestre avant une correction sévère en avril. Le 22 octobre, un «bitcoin» valait 146 euros.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.