La bataille des noms de domaine .ch s’annonce ardue

InternetL'Internet suisse est en voie de recomposition avec la fin du monopole de Switch pour les noms de domaines en .ch depuis janvier 2015.

Le marché des noms de domaines en .ch n'est plus l'apanage de la Fondation Switch depuis janvier 2015.

Le marché des noms de domaines en .ch n'est plus l'apanage de la Fondation Switch depuis janvier 2015. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse se prépare à une révolution numérique. Switch n'est en effet plus la seule à vendre depuis cette année les noms de domaines se finissant par .ch, conformément à l'Ordonnance de la Confédération sur les domaines Internet (ODI).

Switch en a informé ses clients ces derniers jours, les informant que cette responsabilité est désormais ouverte aux hébergeurs et partenaires contractuels, les registrars comme l'explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 26 janvier.

Un marché plus ouvert

Une libéralisation saluée par les fournisseurs privés qui se sont battus jusqu'au Tribunal fédéral contre Switchplus, la filiale de Switch qui proposait noms de domaine ainsi que l'hébergement Internet et courriel. «Le marché s'ouvre, avec plus de rivalité et désormais, on commercialise directement les adresses en .ch», se réjouit Susanne Felice-Tanner chez Green.ch.

D'autres n'ont pas attendu, à l'image de Hostpoint qui dispose depuis 2013 d'une accréditation de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) en Californie pour vendre des noms de domaine en .com-, .net ou encore .org. «Rien de nouveau pour nous, même si ce secteur à gagné en importance avec la mise au point chez Switch pour les clients finaux», souligne le porte-parole Thomas Brühwiler.

Vers une guerre des prix?

Les 400'000 clients de Switch doivent donc transférer cette année près d'un million de noms de domaine. Les hébergeurs espèrent rafler la mise, même si l'enregistrement n'est pas obligatoire chez eux.

De nouvelles solutions vont également faire leur apparition. Hostpoint propose ainsi de configurer individuellement les noms de domaines enregistrés chez lui. A Genève, Boris Siegenthaler, directeur d'Infomaniak, préfère mettre en avant ses tarifs. «Infomaniak enregistre un tiers de son chiffre d'affaires annuel de 14 millions de francs à l'étranger. Nous avons déjà adapté nos prix aux fournisseurs européens qui ont des marges plus faibles.»

Un marché féroce

Mais qui dit concurrence accrue dit aussi tensions. Wolfram Schmidt, directeur de Switchplus, accuse Hostpoint de concurrence déloyale, lui reprochant d'avoir démarché leur clientèle qui avait un nom de domaine géré par un tiers. «Il ne fallait pas perturber ces clients en leur donnant l'impression qu'ils allaient perdre leur .ch s'ils ne réagissaient pas», déplore le directeur.

Hostpoint se défend en expliquant avoir seulement voulu avertir que Switch n'était plus la seule chargée des noms de domaine. «Nos collaborateurs ont été rendus attentifs au fait qu'ils ne devaient rien entreprendre si les clients ont déjà un nom de domaine en .ch enregistré chez un tiers.»

La fondation Switch, créée en mai 1987, est toujours chargée de gérer la base de données de noms de domaine suisses ainsi que les serveurs DNS (Domain Name System). Ces derniers jouent le rôle d'un annuaire pour ordinateur en allant récupérer l'adresse du destinataire.

Appel d'offres

Les registrars hésitent encore à reprendre à leur compte ces fonctions à moyen terme. Hostpoint n'y est pas intéressé et pour Green.ch, mieux vaut garder la séparation actuelle. Seul Boris Siegen­thaler a un autre point de vue. «Infomaniak est co-fondateur du registrar Alliance, dont l'objectif est de fournir une alternative à Switch. Sur le long terme, nous voulons proposer des noms de domaines qui seront enregistrés directement par l'ICANN.»

Switch explique qu'elle garde la gestion de la liste des noms en .ch jusqu'en 2017 au moins pour assurer le transfert aux registrars. Ce n'est qu'ensuite que l'Office fédéral de la communication (OFCOM ) mettra cette fonction au concours, explique le porte-parole Marco D’Alessandro. Un appel d'offre qui ne trouble pas plus que cela Switch. «Avec sa gestion de l'infrastructure DNS, Switch assure un Internet suisse stable et sans pannes, accessible dans le monde entier.» (nxp)

Créé: 26.01.2015, 11h47

Articles en relation

Le nom de domaine .swiss sera disponible dès 2015

Internet Des sites internet avec une adresse se terminant par .swiss verront le jour l'an prochain. Seules des entités domiciliées en Suisse ou qui présentent un lien particulier avec le pays pourront demander à bénéficier de ce nom de domaine. Plus...

La COMCO examine le regroupement local.ch/search.ch

Annuaires numériques La concentration entre Swisscom et Tamedia par le biais de leurs filiales respectives local.ch et search.ch pourrait créer une position dominante dans le domaine des annuaires. Plus...

Nouveaux noms de domaine bientôt disponibles

Extensions Le régulateur mondial d'internet, basé en Californie, a annoncé avoir franchi une étape importante ouvrant la voie à l'attribution de nouveaux noms de domaine d'ici la fin de l'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...