La «War Room» de Facebook fait une pause

Etats-UnisLa cellule chargée de lutter contre les manipulations lors des élections est en pause pour le moment, annonce Facebook.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La «War Room» de Facebook, centre névralgique de sa lutte contre la manipulation des élections, est en pause pour le moment, a indiqué lundi le réseau social américain. Elle avait été mise en place avant le scrutin présidentiel au Brésil et les législatives américaines.

Les élections terminées dans ces deux pays, Facebook a confirmé qu'il allait se concentrer sur d'autres parties du monde à l'approche d'échéances électorales, où son initiative est jugée nécessaire.

«La 'War Room' fonctionnera en amont d'événements majeurs et elle est toujours en place», a écrit sur Twitter Guy Rosen, vice-président de Facebook, chargé des produits. «Elle était efficace pour notre travail lors des élections au Brésil et aux Etats-Unis et c'est pourquoi elle va être développée et non démantelée», a-t-il poursuivi.

Agents étrangers

Selon Facebook, une autre équipe, créée plus tôt cette année et opérant séparément, prémunit en permanence contre toute tentative de mauvais usage ou de fraude sur le réseau social.

La «War Room» de Facebook a fait son baptême du feu avec le premier tour de la présidentielle brésilienne le 7 octobre. Elle est le centre névralgique de sa lutte contre la désinformation et la manipulation des élections par des agents étrangers.

Depuis que le groupe de Mark Zuckerberg a reconnu avoir totalement sous-estimé la manipulation de l'élection présidentielle américaine de 2016 via les réseaux sociaux, Facebook a mis les bouchées doubles sur le sujet et n'en finit plus de détailler tout ce qu'il met en oeuvre pour détecter les activités malveillantes destinées à attiser les fractures idéologiques ou à tromper les électeurs. (ats/nxp)

Créé: 27.11.2018, 01h04

Dossiers

Articles en relation

Les réseaux sociaux, marchés aux esclaves

Mariages forcés Les ONG s'inquiètent de la facilité avec laquelle les mariages forcés s'arrangent via Facebook et cie. Plus...

FB admet avoir engagé une agence de fake news

Etats-Unis Un responsable de Facebook endosse la responsabilité de la polémique sur l'embauche de l'agence de relations publiques Definers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...