Swisscom prépare le RCS, successeur du SMS

TéléphonieLe «Rich Communication Services» doit succéder au SMS, en perte du terrain chez les utilisateurs. Or, le RCS souffre d'un gros défaut.

Le SMS a bien vécu et rien ne dit que son successeur, le RCS, connaisse le même succès.

Le SMS a bien vécu et rien ne dit que son successeur, le RCS, connaisse le même succès. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le SMS a connu son sommet en Suisse en 2011, avec plus de 8,1 millions de messages envoyés chaque jour. Avec l'apparition de rivaux tels que WhatsApp, il n'a cessé de perdre de son aura. En 2017, seuls 3,2 millions de SMS se sont échangés quotidiennement.

Swisscom prépare le terrain au successeur, le «Rich Communication Services», ou RCS, qui pourrait être lancé cette année déjà, rappelle le Tages-Anzeiger.

La future technologie peut envoyer des messages et du contenu multimédia comme de la vidéo, à un utilisateur ou à un groupe. Elle permet également de recevoir un accusé de réception ou encore de savoir si son correspondant est en train d'écrire. Autant de fonctions déjà largement présentes dans WhatsApp qu'entend concurrencer le RCS.

Google rejoint l'alliance

L'opérateur s'assurera de l'interopérabilité du nouveau venu. «On pourra envoyer un message sans se soucier de savoir si son répondant utilise le RCS. Si ce n'est pas le cas, le message sera converti en SMS» , a souligné le porte-parole Armin Schädeli. Le géant bleu vise très clairement la clientèle professionnelle. «Le RCS va créer un nouvel écosystème pour les entreprises.»

Le nouveau standard est développé depuis 2012 par GSMA , l'association qui représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier. Il vient de recevoir un gros coup de pouce de la part de Google. Le groupe a décidé en avril 2018 de le soutenir et de l'intégrer dans Android, son système d'exploitation qui équipe 88% des smartphones sur la planète.

Salt et Sunrise attentistes

Google a donc décidé d'abandonner ses propres velléités de concurrence et de rejoindre le conglomérat qui lutte contre la suprématie de WhatsApp. Pas de quoi pousser les autres opérateurs suisses à adopter le futur standard. Sunrise va examiner le RCS mais ne donne aucune date pour son adoption, a ajouté sa porte-parole Séverine de Rougemont.

Salt se dit prêt à fournir le service dès que la demande se fera sentir. «Mais nous misons plutôt sur le succès croissant d'applications comme Telegram ou WhatsApp», a souligné son porte-parole Benjamin Petrzilka.

Pas de cryptage

L'alliance des opposants à WhatsApp souffre d'une absence de poids dans ses rangs. Apple n'a en effet pas daigné les rejoindre pour le moment et rien ne dit que le groupe de Cupertino ne le fasse. Car le successeur du SMS a un gros défaut: il envoie des données non-cryptées entre ses utilisateurs, ce qui va à l'encontre de la politique de la marque à la pomme.

Un défaut qui pourrait être fatal au RCS, ainsi que le résume le critique technologique réputé Walt Mossberg sur Twitter. «Google construit un système de messagerie non-sécurisé et contrôlé par des opérateurs qu travaillent main dans la main avec des gouvernements au moment où le public s'inquiète plus que jamais de la collecte et du vol de données.»

(nxp)

Créé: 20.06.2018, 10h13

Articles en relation

Swisscom tancé pour le prix de ses appels

Téléphonie Le surveillant des prix estime que le coût que facture Swisscom pour un appel du fixe aux mobiles est excessif. Plus...

L'armée veut mobiliser ses soldats par SMS

Suisse Les militaires doivent pouvoir être mobilisables d'un jour à l'autre, même s'ils sont en vacances, estime l'armée. Quelque 20'000 personnes sont concernées. Plus...

WhatsApp relève son âge minimal à 16 ans

Internet Il faudra avoir plus de seize ans dès le 25 mai pour utiliser l'application de messagerie instantanée dans l'UE. Plus...

Une amende de 3 millions d'euros pour WhatsApp

Italie L'application de messagerie a été condamnée pour avoir abusivement incité ses usagers à partager leurs données. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Notes de frais: l'armée suisse aussi!...
Plus...