Le smartphone, cet ami indiscret

High-techSwisscom a présenté il y a peu la technologie «Beem». Une plateforme publicitaire contestée dont le lancement a été retardé.

La technologie consiste à dissimuler dans le panneau d'affichage un petit haut-parleur émettant des ultrasons.

La technologie consiste à dissimuler dans le panneau d'affichage un petit haut-parleur émettant des ultrasons. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des affiches transmettant des messages aux téléphones portables via des ultrasons ont fait récemment parler d'elles. Pas forcément nouvelle, cette technologie de transmission de données montre que les smartphones se révèlent être de grands bavards numériques.

Vieux rêve des spécialistes du marketing, la publicité interactive avec les consommateurs est devenue réalité il y a déjà quelques années. Swisscom a présenté il y a peu la technologie «Beem», en collaboration avec des fournisseurs d'applications.

Simple, l'astuce consiste à dissimuler dans le panneau d'affichage un petit haut-parleur émettant des ultrasons. Doté de l'application idoine, le smartphone des passants détectera via le microphone intégré les ultrasons émis. Un message vient ensuite leur indiquer qu'ils peuvent obtenir des informations supplémentaires d'un seul clic.

Lancement reporté

Toutefois, devant le débat suscité par de telles affiches et la forme intrusive de cette publicité, Swisscom a pour l'heure reporté le lancement de Beem.

Technique ancienne bien connue, la communication par ultrasons a déjà été utilisée, pas toujours de manière transparente, par les publicitaires. Ce qui a contribué à en ternir la réputation. Il y a deux ans, plusieurs études ont révélé l'existence de centaines d'applications permettant d'observer le comportement des propriétaires de smartphones, d'ordinateurs ou encore de téléviseurs en toute discrétion grâce aux ultrasons.

Promesses de Swisscom

Une réputation sulfureuse qui précède désormais aussi Beem, en dépit des promesses de Swisscom qui assure qu'il ne poursuivra pas secrètement les propriétaires de téléphones portables. L'utilisateur doit en effet lui-même activer la transmission de données. Beem s'apparente ainsi aux codes QR figurant sur les affiches qu'il suffit de photographier pour accéder à une page internet.

La technologie des ultrasons connaît de nombreuses applications dans la téléphonie mobile. Elle permet par exemple de créer un spectacle lumineux avec les milliers de téléphones portables du public d'un concert. Son développeur, Cue Audio, en présente de nombreuses vidéos sur son site.

Echanges sans WLAN ni Internet

L'application Chirp Messenger montre à quel point il est facile de transférer des données en utilisant des sons. Deux propriétaires de téléphones portables peuvent ainsi échanger des textes et chatter sans WLAN ni Internet.

Ceux qui souhaitent envoyer des données de manière inaudible entre smartphones ou d'un PC à un téléphone mobile trouveront de l'aide sur la page ci contre. Le logiciel convertit n'importe quel texte en tonalités audibles et inaudibles (Send) et peut ensuite les convertir à nouveau (Start Receiver).

Quant aux apps Android, UltraSound Detector et SoniControl, elles offrent la possibilité de détecter les ultrasons avec le smartphone. UltraSound Detector peut même convertir les ultrasons en messages«audibles». La page ultrasonic-ringtones.com permet d'«entendre» diverses fréquences d'ultrasons.

WiFi et Bluetooth trahissent une présence

Même sans les ultrasons, commerçants et annonceurs peuvent cependant compter sur une vaste panoplie technologique pour capter l'audience désirée. Les antennes dont disposent les smartphones pour transmettre des informations via les technologies sans fil bluetooth et WiFi se montrent elles aussi bien «bavardes».

Les apps «nRF Connect for Mobile» ou «Bluetooth Monitor» permettent de détecter tous les téléphones portables et écouteurs à proximité, y compris les informations du fabricant. Ces appareils essayant constamment de trouver un réseau approprié lorsque le WiFi est allumé, ils peuvent aussi être facilement suivis de cette façon. Le programme gratuit Windows WifiCHannelMonitor par exemple, écoute en permanence le réseau sans fil et détecte les appareils qui ne sont pas connectés au Wifi du domicile.

La page internet Libelium présente de manière impressionnante les possibilités de détection. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2019, 10h20

Articles en relation

Données privées: Helsana doit revoir son application

Collecte de données L'application pour smartphone de l'assureur, déjà épinglée par le Tribunal administratif fédéral, suscite les critiques du préposé à la protection des données. Plus...

Le chiffre d'affaires de Swisscom en léger repli

Télécoms Une concurrence intensive a entraîné une petite baisse des ventes du géant bleu au 1er trimestre de l'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...