La réalité virtuelle pour traiter les traumas

Etats-UnisLa réalité virtuelle ne cesse de se diversifier. Parmi ses nouvelles applications: la thérapie. Vidéo.

Vidéo: Catherine Cochard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après l’industrie du divertissement, la VR - virtual reality - séduit les thérapeutes qui cherchent à aider leurs patients traumatisés. A l’aide de dispositifs de réalité virtuelle, il leur font revivre l’épisode traumatisant, tout en accompagnant les personnes souffrantes durant cette étape douloureuse.

Prenons par exemple le cas d’un patient traumatisé par un accident de voiture et qui se laisse submerger par l’angoisse lorsqu’il se rapproche du lieu où cela s’est passé. Son thérapeute, en l’exposant à nouveau à la situation par le biais d’un casque de réalité virtuelle, va l’amener à gérer émotionnellement le souvenir traumatisant.

Traiter le vertige, l'alcoolisme ou le stress post-traumatique

Du côté du dispositif, l'un des acteurs de ce marché en expansion c'est Limbix, une start-up de la Silicon Valley. Elle fait expérimenter sa solution à des psychologues au moyen de Daydream View, le casque de réalité virtuelle de Google. Le système fait du reste appel à un autre produit de la société de Mountain View, Street View, pour recréer les lieux virtuellement.

Ce nouveau service pourrait permettre de traiter de nombreux problèmes. Comme le vertige, en amenant virtuellement les patients en haut d’un gratte-ciel. Ou l’alcoolisme, en permettant aux thérapeutes d’accompagner virtuellement leurs patients dans un bar. Ou encore les militaires de retour des zones de guerre et souffrant de stress post-traumatique. (nxp)

Créé: 02.08.2017, 17h04

Articles en relation

L'Autriche va se dévoiler sur Google Street View

Collecte d'images Les images collectées devraient être disponibles sur le service de cartographie virtuelle «dans six à douze mois» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.